Publié dans Sport

Football - Mondial 2026 - Madagascar votera pour le Maroc

Publié le lundi, 11 juin 2018

Les amoureux du ballon rond de la planète terre ont, depuis la fin de la semaine dernière, les yeux rivés sur la  Russie. Là où se tiendra l'édition 2018 de la Coupe du Monde de la FIFA qui débutera ce vendredi. Mais au prélude du coup d'envoi de la compétition qui réunira 32 équipes nationales, les fédérations membres de la FIFA vont désigner demain le pays hôte de la coupe du monde en 2026. Pour une grande première dans l'histoire du football et suite aux rumeurs, fondées ou non, de corruption à la l'attribution de cette compétition quadriennale la plus suivie au monde, toutes disciplines sportives confondues, la FIFA a décidé de donner la voix à chaque fédération pour désigner le pays hôte et non plus à la seule décision du comité exécutif de l'instance suprême.

Ainsi, la Fédération malagasy (FMF), à l'instar des autres  fédérations membres de la FIFA, a droit au vote. Maroc, le seul candidat de l'Afrique, d'un côté et de l'autre,  les Etats-Unis, le Mexique et le Canada, pour une organisation commune, sont en lice pour héberger l'édition 2026. Bien qu'aucun communiqué officiel de la FMF ne soit diffusé quant au choix des dirigeants de la Grande île, il est presque certain qu'elle donnera sa voix au Maroc. Au-, en effet, des autres considérations sportives, somme toutes valables, la relation étroite, pour ne pas dire, fraternelle, entre les deux pays est la principale raison de ce choix. Le Maroc est sans doute le seul pays au monde où les Malagasy peuvent bénéficier d'une considération. La reprise des relations diplomatiques entre les deux pays, après la rude traversée du désert…de « Sahara » initiée par l'Amiral rouge à la belle époque du socialisme, n'a fait que raffermir encore plus le lien historique entre Madagascar et le Maroc. La visite du  Roi marocain en 2016 dans la Grande île a scellé à jamais l'amour des peuples malagasy et marocain.
De ces considérations, le président par intérim de la fédération malagasy appuiera sur le bouton désignant Maroc comme pays organisateur du Mondial 2026 et ce sous les yeux de Raoul Rabekoto
Arizaka , vice-président de la FMF. Ce dernier tout comme Reboza Cyril, membre du comité exécutif de la FMF, composent  la délégation malagasy en Russie.
En dépit du souhait du Maroc d'héberger cette coupe du monde, la deuxième fois depuis 1930 pour l'Afrique, certains pays du continent refusent de faire commun pour contrer les Etats-Unis, le Canada et le Mexique. C'est le cas par exemple de l'Afrique du Sud, la Namibie, du Zimbabwe et du Liberia qui ont déjà fixé leur choix sur le trio adversaire du Maroc. Pour le Liberia dont le président de la République, Georges Weah, est le plus illustre footballeur africain, le choix parait incompréhensible. Mais la présence de son fils dans la sélection des Etats-Unis de football qui a affronté samedi la France (1-1) pourrait être l'explication plausible. N'empêche…..
Rata

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes
  • Conjoncture politique - Les Nations Unies appellent au renforcement du dialogue
  • Mahafaly Solonandrasana à la Primature - La gabegie au quotidien !
  • Sortie de crise définitive - Place aux élections
  • Ministère de la Communication - Riana Andriamandavy VII, l'indésirable

Editorial

  • Au boulot !
    Et maintenant, au travail. Sauf quelques rares exceptions, tous les Départements ministériels ont effectué les passations de service nécessaires pour que les nouveaux désignés puissent entrer en fonction. Certes, pour certains cas à problèmes dont on connait les raisons, les syndicats suivis de l'ensemble du Personnel du ministère concerné ne baissèrent pas les bras. En fait, il s'agit pour la plupart des « nouveaux-anciens » patrons ou des redoublants dont la réputation fait honte à l'intégrité et à la crédibilité de la haute charge de l'Etat. Leur présence effective au nouveau Gouvernement viole la teneur de la Décision du 25 mai de la HCC.

A bout portant

AutoDiff