Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Sport

Tennis ITF- formation coach - Dina Razafimahatratra promu level 3

Publié le vendredi, 22 juin 2018

Le directeur technique national (Dtn) de tennis malgache vient de décrocher son diplôme d’entraîneur Itf niveau 3 (level 3) à Valence, Espagne. Il a participé à une formation d’entraîneurs level 3 réservée aux joueurs professionnels de haut niveau en tennis à Valence du 02 avril au 12 mai avec quatre autres entraîneurs titulaires du diplôme level 2, sélectionnés par la fédération internationale de tennis. Une formation financée par la solidarité olympique et qui est initiée par la fédération internationale de tennis (ITF). Ce level 3 a été créé il y a plusieurs années par ITF. Le diplôme qu'il vient de décrocher est celui d’entraîneur level 3 pour les joueurs professionnels de haut niveau après avoir effectué 370 heures d’études (100 heures de cours théoriques et 270 heures de cours pratique) avec les professeurs de la fédération internationale de tennis Miguel Crespo et Rafael Martinez. Les cours pratiques et théoriques étaient dispensés en anglais. Ce titre fait de lui le premier malgache ayant obtenu ce type de diplôme, le plus élevé dans le domaine du coaching au niveau de la Fédération internationale de tennis. Le diplôme level lui permettra d’entrainer et d’accompagner les joueurs professionnels dans le monde. Dina Razafimahatrara pourrait également diriger un  centre fédéral. Rappelons qu'après le niveau 1 en 2005, il a obtenu son level 3 au Zimbabwe en 2015. 

 

«Je suis disposé à partager aux entraîneurs et techniciens malgaches ce que j’ai pu apprendre ainsi que les expériences que j’ai pu avoir en Espagne. J’ai pu rencontrer et voir a l’œuvre les coachs de Key Nishikori, de Simona Halep mais aussi de Rafael Nadal et de Carlos Moya. Avoir le level 3 me permettra d’exercer le métier d’entraîneur pour les joueurs de haut niveau dans le monde. Je désire avant tout m’occuper de l’avenir du tennis malgache et devenir un responsable du futur du centre fédéral que la fédération malagasy de tennis prévoit de créer cette année. Ce projet me tient à cœur mais si jamais il ne se réalise pas, aller a l’étranger et retourner en Espagne reste aussi une option.» Et d'ajouter : «Je remercie sincèrement la solidarité olympique, le comité olympique malgache et la fédération malagasy de tennis pour avoir effectué toute les démarches dans la réalisation de ce level 3 à Valence, en Espagne. Je remercie aussi l’ancien agent de développement de la fédération internationale de tennis en Afrique australe Riaan Kruger d’avoir soutenu ma candidature. Six semaines, ce n’étaient pas facile du tout. Il fallait laisser tout de côté pendant cette période, le travail professionnel et la famille. Il a fallu étudier à des heures tardives et se lever très tôt le matin durant tout le séjour », relate le coach Malagasy. Soulignons qu'il gagné l'appréciation positive du tuteur Pancho Alvarino, directeur de l’Académie Pancho Alvarino avec lequel il a travaillé pendant six semaines.

E.F.

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff