Publié dans Sport

Tennis ITF- formation coach - Dina Razafimahatratra promu level 3

Publié le vendredi, 22 juin 2018

Le directeur technique national (Dtn) de tennis malgache vient de décrocher son diplôme d’entraîneur Itf niveau 3 (level 3) à Valence, Espagne. Il a participé à une formation d’entraîneurs level 3 réservée aux joueurs professionnels de haut niveau en tennis à Valence du 02 avril au 12 mai avec quatre autres entraîneurs titulaires du diplôme level 2, sélectionnés par la fédération internationale de tennis. Une formation financée par la solidarité olympique et qui est initiée par la fédération internationale de tennis (ITF). Ce level 3 a été créé il y a plusieurs années par ITF. Le diplôme qu'il vient de décrocher est celui d’entraîneur level 3 pour les joueurs professionnels de haut niveau après avoir effectué 370 heures d’études (100 heures de cours théoriques et 270 heures de cours pratique) avec les professeurs de la fédération internationale de tennis Miguel Crespo et Rafael Martinez. Les cours pratiques et théoriques étaient dispensés en anglais. Ce titre fait de lui le premier malgache ayant obtenu ce type de diplôme, le plus élevé dans le domaine du coaching au niveau de la Fédération internationale de tennis. Le diplôme level lui permettra d’entrainer et d’accompagner les joueurs professionnels dans le monde. Dina Razafimahatrara pourrait également diriger un  centre fédéral. Rappelons qu'après le niveau 1 en 2005, il a obtenu son level 3 au Zimbabwe en 2015. 

 

«Je suis disposé à partager aux entraîneurs et techniciens malgaches ce que j’ai pu apprendre ainsi que les expériences que j’ai pu avoir en Espagne. J’ai pu rencontrer et voir a l’œuvre les coachs de Key Nishikori, de Simona Halep mais aussi de Rafael Nadal et de Carlos Moya. Avoir le level 3 me permettra d’exercer le métier d’entraîneur pour les joueurs de haut niveau dans le monde. Je désire avant tout m’occuper de l’avenir du tennis malgache et devenir un responsable du futur du centre fédéral que la fédération malagasy de tennis prévoit de créer cette année. Ce projet me tient à cœur mais si jamais il ne se réalise pas, aller a l’étranger et retourner en Espagne reste aussi une option.» Et d'ajouter : «Je remercie sincèrement la solidarité olympique, le comité olympique malgache et la fédération malagasy de tennis pour avoir effectué toute les démarches dans la réalisation de ce level 3 à Valence, en Espagne. Je remercie aussi l’ancien agent de développement de la fédération internationale de tennis en Afrique australe Riaan Kruger d’avoir soutenu ma candidature. Six semaines, ce n’étaient pas facile du tout. Il fallait laisser tout de côté pendant cette période, le travail professionnel et la famille. Il a fallu étudier à des heures tardives et se lever très tôt le matin durant tout le séjour », relate le coach Malagasy. Soulignons qu'il gagné l'appréciation positive du tuteur Pancho Alvarino, directeur de l’Académie Pancho Alvarino avec lequel il a travaillé pendant six semaines.

E.F.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff