Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Sport

Jeux Africains de la Jeunesse 2018 - Madagascar présent dans 12 disciplines

Publié le mercredi, 11 juillet 2018

La 3e édition des Jeux Africains de la Jeunesse (JAJ) verra la participation des athlètes venant de Madagascar. Cette édition, se déroulant du 18 au 28 juillet et qui se tiendra à Alger, est qualificative aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Buenos Aires (Argentine) au mois d’octobre prochain. La Grande île, d’après la communication officielle du ministère des Sports, fera partie des 54 nations africaines en compétition à Alger et sera en lice dans 12 disciplines sur les 35 inscrites au programme des JAJ.  Le choix des responsables malagasy dont notamment ceux du Comité Olympique (COM) s’est porté sur le rugby, le basketball à 3, la natation, le tennis, le tennis de table, l’haltérophilie, le judo, l’escrime, le karaté, l’athlétisme, la lutte et le cyclisme. En tout, 27 athlètes malagasy devraient défendre les couleurs nationales mais ceux du tennis ne feront pas finalement le déplacement. Au début, 2 joueurs de cette discipline étaient prévus y participer et devraient être accompagnés par un coach mais la restriction budgétaire a réduit ce nombre à un athlète.

Un changement qui est loin d’être du goût de la fédération qui, tardivement hier, a envoyé une lettre de désistement auprès du ministère des Sports. Elle explique dans sa missive que l’absence d’un coach ne lui pose pas de problème mais c’est sur le choix de l’athlète à envoyer qui lui semble difficile à trancher. D’où la décision de suspendre la participation du tennis aux JAJ. Un second rendez-vous international raté par les joueurs malagasy cette année après le tournoi de la Coupe Davis que les dirigeants de la fédération ont décidé également de faire l’impasse. Par ailleurs, à cause toujours de cette restriction budgétaire, le ministère, lors de la réunion avec les fédérations concernées, a sollicité ces dernières d’avancer  les frais relatifs au déplacement de leurs coachs. Pour les délégations qui  ont vraiment besoin de la présence d’un technicien, elles auraient accepté le deal proposé par le ministère des Sports. Des discordes aplanies, souhaitons-le, la délégation malagasy composée de 26 athlètes, un du badminton y est intégré après le forfait du tennis, et 4 officiels, quittera par vague le sol national à partir de dimanche prochain.

Rata

 

Fil infos

  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement

Editorial

  • De bons auspices
    Le régime IEM part d’un bon pied ! Sous une bonne étoile, Rajoelina semble débuter son pouvoir à la magistrature suprême du pays dans un cadre encourageant. Les signaux affichés sur le tableau de commande sont au vert pour ne pas le dire « à l’orange ». Tout commença par une élection présidentielle sans anicroche ni la moindre escarmouche. Une élection crédible et reconnue par …tous. Les deux finalistes, Rajoelina et Ravalomanana, après la proclamation des résultats définitifs par la HCC, se sont donné la main. Avec un score honorable et sans appel de 55,66 %, Andry Rajoelina gagna, haut la main, le scrutin. Et donc, une alternance par la voie royale des urnes et où la démocratie jouit de son plein droit. « Zandry Kely » se débarrassa définitivement de l’étoffe de « putschiste » qu’on lui avait taxé injustement depuis la Révolution Orange de 2009.  

A bout portant

AutoDiff