Publié dans Sport

Athlétisme- Championnat d'Afrique - Le malheur d'Olga Razanamalala

Publié le mardi, 07 août 2018

Victime d'une incompétence. La bourde s'enchaine pour le pays organisateur et le malheur ne lâche pas d'une prise les athlètes malagasy.  Qualifiée pour la finale du 400 m haies dames, Hanitra Soa Olga Razanamalala n'a pas pu disputer la finale sur la piste d'Asaba, dimanche au Nigeria, pays organisateur des championnats d'Afrique d'athlétisme. La Malagasy a été remplacée par une athlète locale, une athlète nigérienne du nom d' Abasiono Akpan. Cette dernière n'était même pas qualifiée pour la finale vu son chrono de 1''02''30 dans sa série  lors de la demi-finale.  Un temps qui est loin derrière 1'00''13 signé par Olga, classée troisième de sa série.

Mais pour des raisons dont on ignore, elle a été remplacée par la Nigérienne.  Une autre triste nouvelle pour Olga Razanamalala, qui a déjà perdu ses bagages en route sans parler du calvaire qu'elle a vécu comme tant d'autres athlètes  à l'aéroport  de Lagos durant deux nuits avant de trouver son hôtel, sans nourriture ni endroit pour se reposer, et surtout sans explications de la part des organisateurs du championnat. Une situation infernale que des nombreuses délégations africaines ayant participé aux jeux ont  vécue.
Scandaleux
Le plus grand pays du continent, le Nigéria, peine à assurer l'organisation du championnat d'Afrique d'athlétisme. Un  vrai fiasco pour  le Nigéria. Scandaleux. C'est le mot choisi par les athlètes participants au championnat d'Afrique d'athlétisme pour qualifier le traitement que leur ont réservé les organisateurs de l'évènement. Bloqués à l'aéroport pendant plus de 55 heures pour les uns, les athlètes garderont un très mauvais souvenir de cette expérience nigériane.
« On a séjourné  dans un hôtel où il n'y a eau ni électricité. C'était même impossible de faire sa douche ou ses besoins naturels notamment pour les athlètes qui vont entrer sur la piste de compétition. Mais on ne s'est plaint car depuis notre arrivée, nous avons dû attendre 7h  à l'aeroport de Lagos problème de visa, bagages perdus pour Olga, vol annulé, etc... Il a fallu dormir 2 jours à l'aéroport avant de nous  délivrer un hôtel à minuit  après 45minutes de vol intérieur  et 2h de voiture », critique Tsiry Manantena, directeur technique national d'athlétisme malagasy.
Elias Fanomezantsoa

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Week-end de Pâques - 1 mort, plus de 80 consultations
  • Port et détention illégale d’armes - Arrestation d’une ancienne députée
  • Couple présidentiel à Antanifotsy - Une fête pascale sous le signe de la générosité et de la simplicité !
  • Toamasina - 40 kg d’héroïne saisis sur la route nationale 5
  • Décentralisation effective et suppression du Sénat - Andry Rajoelina demande l’avis du peuple
  • Ville de Toamasina - A la merci des émanations gazeuses suffocantes
  • Concours ENMG - D'autres têtes risquent de tomber
  • Nosy Be - La décision de la Justice bafouée par des autorités
  • Gestion et recensement du personnel de l'Etat - Ultimatum d'un mois pour tous les ministres
  • Algoculture - Des bénéfices souvent négligés

La Une

Editorial

  • Retour sur terre
    La petite semaine de ferveur de Pâques prend déjà fin. Après avoir été « dans les nuages », on redescend sur terre. Les choses sérieuses attendent. Malgré que les célébrations des fêtes de Pâques n’atteignent pas le degré d’exultation de celles de Noël, elles ont quand même réussi à remplir leur contrat. Eglises et temples ont été pris d’assaut et les … affaires des commerçants, tout gabarit confondu, n’en déméritent pas. Normalement, les réjouissances de Pâques devraient revêtir une importance capitale parmi les chrétiens du fait qu’elles sont les seules fêtes inscrites et recommandées par Dieu dans les Saintes Ecritures judéo-chrétiennes ou la Bible. Les seuls « Jours de réjouissances » où chrétiens et juifs (judaïsme) célèbrent ensemble, à leur manière chacun, ces « andro firavoravoana ». Par contre, les célébrations de Noël, telles qu’on assiste dans les temples et églises, sont pour la plupart de pures inventions dans l’imaginaire des hommes. La Bible n’a jamais…

A bout portant

AutoDiff