Publié dans Sport

Election FMF - Le MJS prend des mesures

Publié le lundi, 05 novembre 2018

La date et le lieu de l’élection seront communiqués dans les prochains jours. Suite au report de l’élection du président de la fédération Malagasy de football, faute de quorum, le Comité Exécutif de la fédération Malagasy de football et la Commission électorale nationale ( CEN) acceptent de rencontrer le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) dans les prochains jours pour discuter des propositions de date et de lieu d’une nouvelle assemblée élective. Les délégués des ligues et les candidats seront informés de la nouvelle date et du lieu, dès confirmation.

« Les conditions ne sont pas réunies pour organiser cette AGE. La date et le lieu d’une nouvelle AGE seront communiqués rapidement. » Avant cela, la FMF a déjà communiqué qu’un rapport sur l’organisation et le déroulement de l’AGE du 3 novembre sera transmis à la CAF et la FIFA qui avaient également envoyé des observateurs.
Le ministère a déjà fait une convocation de médiation à toutes les parties prenantes à l’élection,  à savoir, les membres du Comité exécutif de la FMF, le secrétaire Général p.i de la FMF, les membres de la Commission électorale nationale, les présidents des 22 Ligues de football affiliées régulièrement à la FMF, le (la) représentant(e) de la Confédération africaine du football et celui (celle) de la Fédération internationale du football amateur de se réunir autour d’une table ronde, hier, pour trouver un issue favorable au Palais de Mahamasina mais la rencontre n’a malheureusement pas eu lieu.
Pour l’intérêt national en général et celui du football malagasy en particulier, le ministère de la Jeunesse et des Sports, conscient de l’importance attachée par les supporters, les footballeurs et l’ensemble du peuple malagasy à la qualification de l’équipe nationale « les Barea de Madagascar » à la Coupe d’Afrique des Nations 2019, a décidé que celle-ci doit être honorée et préservée à tout prix .
Face à la situation actuelle, des mesures de sanctions provenant des instances internationales du football menacent la Fédération malagasy du football et remettent en cause toutes les participations aux compétitions internationales.
Le  MJS a pris cette décision devant le report de l’Assemblée Générale élective qui expose le football malagasy à des sanctions internationales . Et ce, en vertu des dispositions de l’article 3 alinéa in fine du décret 2010-001 du 04 janvier 2010 : « Le Ministère en charge des Sports … prend des mesures adéquates pour prévenir tout litige préjudiciable au développement du sport et favorise le règlement des conflits par des mécanismes de conciliation, de médiation et d’arbitrage ».
Recueillis par E.F.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka

La Une

Editorial

  • Flou déroutant !
    Pour des raisons qui restent à définir sinon à  éclaircir, la CENI s’entête à œuvrer dans un cadre embrouilliaminique. Le manque de visibilité dans lequel les travaux relatif aux décomptages et aux traitements des voix issues de l’élection présidentielle du 7 novembre 2018 s’effectuent, irrite les esprits. L’entêtement de l’équipe du Maitre Hery Rakotoarimanana à continuer de publier des contestés déconcertent plus d’un. Elle juge inappropriée la requête des proches collaborateurs de certains candidats, entre autres ceux du MAPAR d’Andry Nirina Rajoelina, de revoir le mécanisme de traitement des procès-verbaux (P.V.) émanant directement des Bureaux de vote (B.V.). Les décalages sont flagrants ! Il se trouve que le candidat n° 13 soit  le plus perdant dans cet imbroglio. Mais en fin de compte, la majorité des candidats se sentent tous lésés à travers ce mic-mac. Mais, la CENI ne veut rien en savoir ! 

A bout portant

AutoDiff