Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Sport

Organisation décalée, sage décision de la CAF

Publié le mercredi, 09 janvier 2019

Le remous créé par le retrait au Cameroun de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019 par la Confédération Africaine de Football (CAF) s’est finalement dispersé. Tout semble revenir dans l’ordre et suite à la décision de la CAF de décaler l’organisation déjà attribuée auparavant. Il s’agit entre autres de la CAN 2021 attribuée à la Côte d’Ivoire et celle de 2023 à la Guinée. Afin de ne pas créer de frustration inutile, le comité exécutif de la CAF a en effet décidé d’attribuer l’organisation de l’édition 2021 au Cameroun qui est actuellement prêt à 80% pour l’accueillir dans deux ans.

Etant donné que la Côte d’Ivoire n’est pas en mesure, pour l’instant, de remplir le cahier des charges pour héberger l’édition 2021, les Ivoiriens ont ainsi une marge de manœuvre pour rattraper le retard et pour être prêt à temps. Il en est de même pour la Guinée qui  a devant elle quatre bonnes années pour parfaire l’organisation de la CAN 2023.

Bien que le ton des autres ait monté, les principaux concernés ont déjà fait savoir d’une manière officielle leur adhésion à cette décision de la CAF. C’est le cas du Président de la République du Cameroun, Paul Bya, qui, à travers une lettre adressée au président de la CAF, Ahmad Ahmad, a donné son accord pour l’organisation de la CAN en 2021. En visite en début de semaine à Conakry  (Guinée), le président de la CAF a obtenu du président local, Alpha Condé, suite à leur rencontre au palais présidentiel Sekhoutourea, l’acceptation de ce dernier de la proposition de la CAF.

Alors que certains s’attendaient à un refus collectif, le président Ahmad Ahmad et le comité exécutif de la CAF sont parvenus à mettre dans leur rang le Cameroun et la Guinée. Reste pour l’instance dirigeante du football africain de convaincre la Côte d’Ivoire pour que tout soit dans l’ordre avant le coup d’envoi de la CAN 2019, organisée finalement par l’Egypte. Ce sera chose faite bientôt après la visite que compte réaliser le président Ahmad Ahmad dans la capitale ivoirienne d’ici peu. En somme, une grosse épine enlevée du pied de la CAF.

Rata

Fil infos

  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement

Editorial

  • De bons auspices
    Le régime IEM part d’un bon pied ! Sous une bonne étoile, Rajoelina semble débuter son pouvoir à la magistrature suprême du pays dans un cadre encourageant. Les signaux affichés sur le tableau de commande sont au vert pour ne pas le dire « à l’orange ». Tout commença par une élection présidentielle sans anicroche ni la moindre escarmouche. Une élection crédible et reconnue par …tous. Les deux finalistes, Rajoelina et Ravalomanana, après la proclamation des résultats définitifs par la HCC, se sont donné la main. Avec un score honorable et sans appel de 55,66 %, Andry Rajoelina gagna, haut la main, le scrutin. Et donc, une alternance par la voie royale des urnes et où la démocratie jouit de son plein droit. « Zandry Kely » se débarrassa définitivement de l’étoffe de « putschiste » qu’on lui avait taxé injustement depuis la Révolution Orange de 2009.  

A bout portant

AutoDiff