Publié dans Sport

Football - CAN 2019 - Madagascar loin derrière la Mauritanie

Publié le lundi, 13 mai 2019

A cette édition 2019 de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), Madagascar et la Mauritanie ont quelques points communs. Le premier, c’est d’avoir choisi un entraîneur français à la tête de leur sélection nationale. La différence c’est que pour Madagascar, le sélectionneur se contente uniquement de son travail tandis que celui de la Mauritanie s’occupe également de la direction technique nationale. Contrairement à Nicolas Dupuis, coach des Barea, qui a hérité de structures existantes, Corentin Martins a dû créer et organiser tous les démembrements nécessaires au développement du football en Mauritanie.
Le second point commun entre les deux équipes nationales, c’est le fait de se qualifier pour la première fois de leur histoire à la phase finale d’une Coupe d’Afrique des Nations. Et c’est de ce côté que Madagascar a un sérieux retard sur la Mauritanie. Principalement sur la préparation et l’engouement autour de cette qualification historique. Si les festives n’étaient pas du côté des Malagasy, les Mauritaniens considèrent cette qualification comme un évènement national et l’ont fêtée comme il se doit. La période festive finie, les Mauritaniens se sont attelés à la préparation de leur sélection nationale et ce, en lui donnant les moyens nécessaires pour effectuer une bonne CAN. Tout le monde est impliqué et chacun a donné sa part de contribution à l’édifice.


Un téléthon national a été organisé en faveur de la campagne africaine de l’équipe  mauritanienne et  le résultat a largement dépassé les attentes. Il a en effet permis de collecter, en un laps de temps aussi court, la bagatelle somme de 1.416.000 euros ( 5 milliards Ar et quelques poussières de millions Ar)). Des citoyens, amoureux ou non du ballon rond, aux dirigeants en passant par les sociétés privées ont versé leur contribution dans cette caisse commune pour la sélection nationale. A Madagascar, à un mois du début de la compétition et à quelques jours du début de la campagne de préparation, c’est le calme plat. Plutôt, on ne sait plus qui est qui ? Et qui fait quoi ?... La création d’une commission tripartite entre l’Etat, le comité de normalisation et le secteur privé a été évoquée mais jusqu’à maintenant aucune suite n’a été donnée. Un projet mort-né ou bien chacun de son côté et dans son petit coin ?...A preuve, les joueurs, à travers un encart publicitaire dans les journaux, lancent un appel de fonds pour qu’on leur vienne en aide. Apparemment, l’unité autour de la sélection nationale a volé en éclats. Une clarification émanant du comité de normalisation s’avère nécessaire à moins qu’il ait encore d’autres chats à fouetter et que les Barea ne soient que le dernier de ses soucis….
 Ratà

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff