Publié dans Sport

Football- Election FMF - Résultats confirmés et la balle renvoyée au PAC

Publié le dimanche, 01 septembre 2019

La saga FMF continue. Le Comité de normalisation (CDN) a officialisé hier tard dans la soirée les résultats de l'élection du président de la Fédération malagasy de football. La passation de pouvoir aura lieu ce jour à 16h au siège de la FMF. En ce qui concerne le recours en annulation déposé, non pas par l'un des candidats malheureux mais par deux électeurs qui dénoncent des faits de corruption, deux jours après l'élection du candidat Arizaka Raoul Rabekoto qui a obtenu 15 voix sur 22, la balle a été envoyée dans le camp du Pôle anti-corruption (PAC) qui décidera du sort du candidat vainqueur.

 

Ces présidents de  ligue régionale ont déposé un recours, mercredi, après les élections présidentielles de la fédération malagasy de football. Celui-ci remet en cause les résultats du scrutin. La commission de recours a affirmé avoir constaté l'existence de ce procès-verbal de constat établi par l'huissier de justice. Cependant la validité et les contenus dudit procès-verbaux sont constatés par Monsieur Arizaka Rabekoto Raoul, et par les présidents de ligue qui y sont cités, dont Monsieur Velontsara Romuald, lui-même, qui affirme que les déclarations consignées dans les procès-verbaux de transcription versés à l'appui de la requête ont été faites sous la menace et la contrainte.

Sur la question spécifique de la corruption, la législation nationale prévoit à l'article 18 de la loi 2018-021 du 22 aout 2016 que « Les PAC sont chargés de la poursuite de l'instruction et du jugement des infractions de corruption et assimilés… Que par conséquent, il y a lieu de renvoyer les parties à se pourvoir ainsi qu'elles en aviseront ».

Ainsi,Raoul Arizaka Rabekoto  prendra officiellement son poste en tant que nouveau président de la Fédération malagasy de football ce lundi. Les trois vice-présidents devraient être aussi connus  cette semaine.

Durant l'élection à Ifaty Toliara, samedi dernier, les trois premiers candidats qui ont récolté le maximum de voix auront beaucoup de chance cette fois-ci pour être le premier et deuxième vice-président de la FMF. A la première place,  il y a Jocelyn Razafimamonjy avec 17 voix et à  la seconde place, on a Lay Mein Alexandre pas très connu mais très actif dans la promotion du Beach soccer, surtout dans la ligue Atsinanana, plus précisément dans la section Mahanoro. Il est  président fondateur de l'association « Dôla Beach » partenaire de la fédération pour cette discipline. Il détient le certificat d'arbitrage en beach soccer. Il a recueilli 15 voix du fait qu'il s'est familiarisé avec les présidents des ligues. Le troisième nom est Mario Raharimino qui a également obtenu 15 voix.

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff