Publié dans Culture

Site du patrimoine mondial - L’inscription de la première église de Madagascar se négocie 

Publié le dimanche, 28 novembre 2021

 Un autre exploit se confirme. La délégation malagasy, conduite par Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture (MCC), a rencontré mercredi dernier M. Ernest Ottone, directeur général adjoint de l'UNESCO (ADG) pour la culture. L'inscription de l'église catholique d'Ambodifotatra qui se trouve à Sainte-Marie en tant que « Site du patrimoine mondial » a été l'un des principaux sujets abordés lors de cette rencontre.

Au sujet des démarches à suivre,  Madagascar a déjà préparé un projet de document sur la manière de procéder, notamment la contribution du Comité du patrimoine mondial (CPM) de l'UNESCO pour financer l'étude préliminaire « Process in progress ». Un procédé qui vise à envoyer des experts pour déterminer la soi-disant « Valeur universelle exceptionnelle » (VUE) ou la valeur mondialement reconnue de l'église d'Ambodifotatra en tant que première église catholique  à s'être établie à Madagascar. En fonction de la définition de cette VUE, l'UNESCO (Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture) décidera d'inscrire ou non ce patrimoine malagasy au Patrimoine mondial de l'humanité. A noter que cette enquête préliminaire ou « processus en amont » se déroulera jusqu'en juin 2022, et la Nation malagasy a jusqu'au 31 janvier 2023 pour soumettre les documents définitifs avant que ceux-ci soient examinés par l'UNESCO.

Enclin

De mémoire, l'église catholique d'Ambodifotatra a été bâtie entre 1837-1847, lors de la mission d'évangélisation du père Pierre Dalmond. Le parcours du missionnaire a aussi été marqué par son implication dans le développement social et économique, en apprenant à lire et à écrire aux habitants de Sainte-Marie. Un héritage que les occupants de l’île sont fiers d'avoir. En outre, les deux parties ont également discuté à propos de  la construction de divers musées qui font partie du prochain programme du ministère de la Communication et de la Culture. Par ailleurs, le DG adjoint de l'UNESCO a déjà félicité Madagascar d'avoir une nouvelle loi régissant la Politique culturelle nationale qui, selon lui, est une très bonne formule car elle régit tous les aspects de la culture. La coopération entre cette Organisation onusienne et Madagascar est bien établie. Et dans tous les points soulevés, le Système des Nations unies a exprimé sa pleine disponibilité à soutenir et assister la Grande île. 

Sitraka Rakotobe

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff