Publié dans Economie

Restauration - Les établissements misent sur la livraison et les plats à emporter

Publié le mardi, 25 mai 2021

Tous les moyens sont bons pour survivre. Afin de limiter la propagation de la pandémie de coronavirus, plus particulièrement dans la Capitale, tout en permettant aux opérateurs de continuer à travailler, les autorités ont décidé de permettre aux restaurants de rester ouverts, à condition que le nombre de clients soit réduit de moitié afin de respecter la distanciation physique dans chaque salle.

A cette restriction du nombre de clients s’ajoute également le confinement du week-end. Face à tout cela, les établissements de restauration multiplient aujourd’hui leurs services pour rester dans le vert. Ils misent notamment sur le service de livraison et les plats à emporter pour renflouer leur caisse. « Avec les mesures sanitaires, nous avons perdu environ 25 à 30 %, soit près du tiers de nos clients habituels, sachant que nous servons plus d’une centaine de couverts, habituellement à midi. Le nombre de personnes que nous pouvons accueillir a diminué de moitié. De plus, beaucoup de clients n’aiment pas faire la queue vu qu’ils ont un temps de pause à respecter. Si une personne consomme en moyenne 15 000 ariary par repas, donc nos pertes tournent approximativement autour de 450 000 ariary par jour. Pour pallier ce gap, nous avons décidé de mettre en avant d’autres services, à savoir la livraison à domicile et les plats à emporter. En fait, ce ne sont pas vraiment de nouveaux services. Ils n’ont pas vraiment la cote, mais la situation sanitaire oblige. Ainsi, nos clients pourront quand même savourer nos bons petits plats même s’ils ne peuvent pas s’asseoir à notre table », explique un restaurateur du côté d’Analakely. Actuellement, presque tous les restaurants de la ville disposent de ces services, si deux ans auparavant ce n’étaient pas vraiment importants. Cette évolution permet ainsi à tous de se délecter d’un bon plat, sans besoin de se déplacer ou de faire une quelconque réservation au préalable.

Depuis le début de la pandémie, ces services de livraison ont particulièrement eu le vent en poupe. Et aujourd’hui encore, le recours à ces services ne fait qu’augmenter, même si pour certains établissements, ils sont loin de suffire pour combler le manque à gagner. « Les services de livraison marchent bien, mais le gap est toujours présent. Nous devons trouver le moyen de faire une recette d’une semaine en seulement cinq jours, alors que c’est le week-end que nous avions le plus de clientèle auparavant. De plus, tout le monde ne peut se faire livrer son repas, sachant qu’il y a un coût supplémentaire à payer qui dépend de l’adresse de livraison. Vivement la fin de toute cette crise sanitaire qui plombe notre économie », se plaint le gérant d’un hôtel-restaurant du côté d’Isoraka.

Dans tous les cas, les restaurateurs rivalisent d’idées pour fidéliser leurs clients et en attirer de nouveaux.  

Rova Randria

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau
Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff