Publié dans Politique

Giovanni Di Girolamo, ambassadeur de l'UE - "Il faut que Madagascar puisse continuer dans la paix et la stabilité"

Publié le jeudi, 18 août 2022

L'ambassadeur de l’UE Giovanni Di Girolamo tire un bilan positif de la coopération entre l'Union européenne et Madagascar, même si des défis restent à relever. C'est ce qui ressort de sa conférence de presse hier à Ankorondrano. 

Cette rencontre avec la presse fut en effet l'occasion pour le diplomate, quelques jours avant son départ du pays, de dresser un bilan de la coopération entre les deux parties durant ces 4 dernières années. Il parle notamment d’un échange fructueux avec le Gouvernement citant notamment les 4 sessions de dialogue politique tenues, et ce malgré la pandémie, et toujours en présence du Président de la République et du Premier ministre. Il touche aussi mot de la mise en œuvre de grands projets de développement tels que la pleine mobilisation du 11ème FED (Fonds européen de développement) 2014-2020 ou encore la préparation des projets/programmes financés par la Banque européenne d’investissement, comme la réhabilitation de la RN13. 

Des réalisations qui ont été faites dans un contexte marqué par une série de crises (COVID, sécheresse dans le Sud, cyclones et invasion russe de l’Ukraine, avec ses effets économiques touchant Madagascar), rappelle l'ambassadeur. Une période durant laquelle, cependant, l’UE s’est toujours tenue aux côtés de Madagascar en travaillant en étroite collaboration avec les autorités malagasy et la société civile pour aider la population. La seule déception du diplomate est celle de ne pas avoir pu assister à la conclusion des négociations concernant l'accord de pêche entre Madagascar et l'UE. Les positions entre les deux pays sont encore trop distantes, regrette-t-il.

Parlant de perspectives, Di Girolamo est aussi positif. Il note les très grandes potentialités du pays. Néanmoins, Madagascar devra encore faire face à de nombreux défis. L’ambassadeur parle notamment des infrastructures mais insiste surtout sur la nécessité d'améliorer le climat des affaires dans le pays. Il appelle, par ailleurs, à mobiliser davantage les investisseurs et le secteur privé. Il faut avoir la volonté politique d'aller de l'avant, soutient également le diplomate d’origine italienne. Mais surtout, il insiste sur l'importance pour le pays de ne pas retomber dans les crises politiques du passé. En effet, une partie du terrain perdu par Madagascar est due à ses épisodes avec ses changements extra constitutionnels de régime, opine l'ambassadeur. Il faut que le pays puisse continuer dans la paix et la stabilité, renchérit-il. 

De son point de vue, la situation à Madagascar est sous contrôle, parlant notamment de la conjoncture. Le diplomate rappelle en outre que l’UE est favorable au dialogue mais dans le cadre constitutionnel. Il faut que les parties concernées veillent avant tout à garder la paix et la tranquillité sociale, soutient l'ambassadeur, surtout en cette période économique difficile. Giovanni Di Girolamo est muté ou promu, c'est selon, à un poste à Bruxelles où il devrait notamment être chargé du Moyen-Orient au niveau du service de la Commission européenne de l'aide humanitaire et protection civile (ECHO). Son successeur à Ankorondrano, Isabelle Delattre, de nationalité française, prendra officiellement son poste début septembre. 

Lalaina A.

Fil infos

  • Cryptomonnaie africaine - Des souscripteurs de Madagascar victimes
  • Pollution - Antananarivo étouffe
  • Akamasoa - Inauguration de l’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez
  • Energie fossile - Les ressources locales remises en question
  • Drame familial - Il assassine froidement sa tante
  • Axe Toamasina-Foulpointe - Coup d’envoi d’une réhabilitation en béton !
  • Trafic d’or aux Comores - Un directeur des aéroports et un fils de procureur devant la barre
  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
Pub droite 1

Editorial

  • Un leadership mérité !
    La Grande île recevra le prochain Panel international Cacao fin en juin 2023 à Antananarivo. Pour ceux ou celles qui sont branchés dans ce secteur porteur, il s'agit d'une victoire gagnée à bras le corps par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Consommation (MICC). Au cours de la 106 ème réunion du Conseil de l'Organisation du Cacao (ICCO) à Abidjan, le mois dernier, le 29 septembre, la délégation malagasy conduite par le ministre Razafindravahy Edgard s'était livrée à une bataille acharnée et un pari de taille pour remporter ce prochain rendez-vous à Antananarivo. De facto, Madagasikara s'est adjugé la première place mondiale dans la production de cacao. Un rang que la Grande île mérite.

A bout portant

AutoDiff