Publié dans Société

Secteur du livre - Chute vertigineuse du marché

Publié le vendredi, 19 février 2021

Le marché du livre à Antananarivo a connu un énorme bouleversement ces dernières décennies, face à l’avènement des nouvelles technologies.

C’est ce qu’a confié hier une vendeuse de livres de seconde main à Ambohijatovo. Cette activité centenaire qu’est le bouquinisme consiste à acheter des livres anciens dans le but de les revendre. Madame Charline exerce ce métier depuis une trentaine d’années. Plus précisément, elle a commencé en 1987, en suivant les traces de son grand frère. A l’époque, les livres s’achetaient auprès des librairies pour 30 francs (6 ariary) l’unité, et elle les vendaient au pied de l’escalier d’Ambondrona. Ce n’est qu’en 1991 qu’elle s’est installée dans ses pavillons n° 87 et 88 à Ambohijatovo. Cette bouquiniste invétérée affirme que le volume des ventes n’a cessé de chuter ces dix dernières années. De ce fait,  Charline de dire : « Souvent, je passe trois à quatre jours, voire une semaine sans avoir vendu aucun livre. Mais d’habitude, seulement deux ou trois livres par jour sont vendus ». Une telle situation l’inquiète énormément, surtout par rapport à l’avenir de la jeunesse d’aujourd’hui. Cela s’explique par le fait qu’elle défend l’idée que les livres sont de nature à garantir un épanouissement sur tous les plans. Selon ses dires, sa clientèle est composée d’étudiants de l’université d’Antananarivo, des élèves auprès des écoles confessionnelles et écoles privées de renom, ainsi que ceux des collèges et du Lycée français. S’agissant du prix des livres, il est généralement compris entre 1 000 et 30 000 ariary. Désormais, Charline n’achète plus des ouvrages à la libraire. Cependant, chaque mois, des vendeurs ambulants lui apportent des revues, magazines, romans, etc. 

Communément considérée comme un moyen sûr d’enrichir ses connaissances, la lecture est vivement recommandée à toutes et à tous. C’est ce qui explique en grande partie l’instauration du programme « Ndao hamaky boky », initié depuis peu par le ministère de la Communication et de la Culture.

 

Bakary (stagiaire)

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff