Publié dans Société

Campagne vaccinale à Madagascar - La troisième dose déjà lancée mais... officieusement

Publié le mardi, 11 janvier 2022

Contrairement aux pays étrangers où le taux de vaccination contre la Covid-19 s'accroît, la troisième  injection  de la dose de vaccin contre cette pandémie n'est pas encore lancée ni officiellement autorisée à Madagascar. Cependant,  de nombreux  Malagasy y ont déjà procédé sans que les autorités sanitaires aient donné leur aval. « Toutes les études scientifiques ont prouvé que les doses de rappel contribuent à la préservation d'une  nouvelle infection au coronavirus.

Etant présente en première ligne dans cette lutte contre la Covid-19, j'étais obligée de s'immuniser avec une troisième dose. Presque tous mes collègues ont fait de même », a témoigné un médecin exerçant dans un établissement sanitaire public situé à Antananarivo. Une autre personne a également confirmé qu'elle vient de s'administrer de la troisième dose. « Je figure parmi les personnes vulnérables. Mon médecin m'a ainsi conseillé de faire la troisième injection pour éviter que mon état de santé se dégrade », a raconté une personne âgée. Un Professeur exerçant dans un hôpital public à Antananarivo a même martelé que si cette épidémie évolue, il y aura toujours de nouveaux variants. Et de poursuivre qu'en ce qui concerne donc le vaccin, afin de renforcer ou prolonger l'immunité, il serait toujours nécessaire de procéder à un ou plusieurs rappels, soit une ou deux voire trois injections.

Effectivement,  l'immunité offerte par le vaccin semble diminuer progressivement avec le temps. Des études réalisées en Israël, pays pionnier de la vaccination, ont confirmé que l'efficacité de celle-ci baisse progressivement à partir du sixième mois suivant la deuxième injection.  Cette troisième dose de rappel représente donc une évidence scientifique. Vers la fin du mois de décembre 2021, 120 pays ont déjà entamé une campagne de vaccination de la troisième dose. Cependant, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus,  a récemment déclaré qu'aucun pays ne pourra être définitivement libéré de cette pandémie à coup de doses de rappel.

L'on se souvient également des avancées de la directrice de communication auprès du ministère de la Santé publique, Hanitra Ramahatra,  au mois de novembre dernier, soulignant que la troisième administration du vaccin n'a pas été encore à l'ordre du jour.

Le plan vaccinal ne s'y orientait pas, mais ce sera toujours envisageable en fonction de l'évolution de la situation sanitaire, a-t-elle avancé. Tout en précisant que le ministère de la Santé publique ne fermait pas ses portes à une nouvelle organisation. De toute façon, un tel programme se décide au niveau international. Et aux dernières  nouvelles,  aucune décision s'y rapportant n'a été annoncée. Notons que la Grande île dispose d’un large stock en termes de vaccin. Depuis le mois de mai dernier, environ 3.600.000 doses de vaccin Covishield, AstraZeneca, Jonhson & Johnson, Sinopharm et Pfizer ont été reçues par la Direction du programme élargi de vaccination (DPEV).

K.R.

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff