Publié dans Société

Assaut de bandits à Mahitsy - Le chef de famille succombe à ses blessures

Publié le lundi, 11 février 2019

L’assaut de bandits, samedi dernier, dans la localité de Mahitsy connaît un rebondissement. Le chef de famille et non moins le père du jeune chanteur Michaël Pazzapa a succombé à ses blessures vers le milieu de la journée, hier. Sa mort est survenue après les ultimes tentatives des médecins d’un hôpital de la ville pour le sauver. La blessure,occasionnée par balle, observée sur son ventre était donc fatale à la victime. Par ailleurs, l’homme d’église, également agressé par tir d’arme à feu à son passage à bord d’une moto sur la grande voie longeant le magasin, a dû être transféré en ville alors qu’il était admis initialement dans un centre de soins  base de la localité d’Anosiala Ambohidratrimo. Rappelons que les 7 assaillants  ayant perpétré l’acte et équipés d’armes à feu, dont des puissants et longs fusils, ont surpris le père de famille, de son vivant grossiste dans la filière de la boulangerie et boisson, sur son lieu de travail.

L’attaque s’est
produite avec une soudaineté et brutalité déconcertantes car elle a eu lieu en présence de plusieurs témoins.Ces derniers étaient pétrifiés d’horreur et impuissants face à la situation de crainte d’être visés à leur tour par les bandits qui n’ont pas cessé de faire crépiter leurs armes. “Des riverains, occupant les zones situées en hauteur dans un rayon de quelques centaines de mètres du commerce attaqué, ont pu tout voir. Ils ont alors tenté de joindre la brigade de gendarmerie locale  pour espérer obtenir du secours, mais la qualité du réseau était telle que leurs tentatives étaient vaines”, convient un témoin. Précisons aussi que quelques jours avant cela, un gang a déjà frappé dans le secteur d’Antongobato, situé non loin du commerce en gros attaqué dans la soirée du samedi 9 février 2019. Pour le moment, la Gendarmerie poursuit encore les recherches et l’enquête sur cette triste affaire tout en gardant toutefois tout empressement pour se prononcer dessus, en raison du foisonnement des critiques qui fusent de toutes parts.

Franck Roland

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff