mercredi, 02 janvier 2019

La UNE du 03 janvier 2019

Publié dans La Une

Ça y est, c’est le Nouvel an ! Tout le monde se réjouit et remercie Dieu pour être encore en bonne santé et être parmi le monde des vivants en 2019. Après une nuit de réveillon – dont chacun avait sa manière de le célébrer et attendre l’arrivée du minuit – les Malagasy, en tout cas les croyants, ont rempli les églises dans la matinée du 1er janvier. Une tradition pour les églises et les fidèles qui pensent qu’il est toujours profitable de commencer l’année entre les mains de Dieu. En tout cas, il faut dire que l’année commence toujours difficile pour les familles malagasy. En effet, janvier est toujours synonyme de « carême » car il est particulièrement le mois le plus difficile de l’année. Si d’autres le voient comme une occasion de remettre les idées au clair et d’accomplir des projets plus grandioses ou d’avancer vers le but de la réussite, d’autres l’aperçoit comme un mois très long et pénible.

Publié dans Société

A nouveau, un accident de minibus a fait des victimes hier vers les premières heures de la matinée, à 8 km d’Ankazobe sur la RN4. Un minibus Sprinter reliant la Capitale et Antsiranana y a fait une embardée, faisant ainsi un mort et au moins 7 blessés graves, selon un bilan provisoire. La même information d’ajouter qu’une jeune passagère a perdu la vie dans cet accident. La victime aurait été tuée sur le coup, selon cette information.

Publié dans Société
mercredi, 02 janvier 2019

Bidons jaunes

Le mouvement social français de contestation des « Gilets jaunes » semble faire apparemment école ailleurs. Les Français issus de la classe modeste s'insurgent contre l'effritement de leur pouvoir d'achat face à l'envol des coûts de la vie. En sus, ils ne supportèrent pas l'arrogance de leur Président. Bien que ledit mouvement s'essouffle quelque peu senti à travers l'Acte VII qui n'avait pas pu attirer tant de monde par rapports à ceux des précédents, il n'empêche que l'action des « Gilets jaunes » reste une menace sérieuse pour le régime Macron. Toujours est-il que l'Elysée scrute le moindre mouvement et les moindres déclarations.

Publié dans Editorial

Réduire les risques pour les consommateurs. Actuellement, la collecte des lampes écologiques est très encouragée, plus particulièrement au niveau des « Fokontany ». Une campagne de sensibilisation est menée pour inciter la population à ne pas jeter n’importe où ses lampes économiques usées, afin de préserver le bien-être de tous. Les chiffres n’ont pas été vraiment satisfaisants, comme l’affirment les propos de Thierry Randriamanalina, responsable du projet de triage d’ordures à Andralanitra, au mois de novembre dernier.

Publié dans Economie

L'année 2018 a été fortement marquée par une sphère politique bouillonnante en permanence. Etant une année électorale, l'actualité a été marquée par l'élection présidentielle.

Publié dans Dossier

A ce jour, il n'y a eu aucune réponse de la part des caciques du comité de soutien du candidat Marc Ravalomanana à la question de savoir pourquoi, s'ils prétendent détenir les preuves irréfutables des soi-disant fraudes massives qu'ils auraient constatées durant le second tour, ne pas les joindre tout simplement avec leurs requêtes auprès de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) au lieu d'appeler leurs partisans à une manifestation non autorisée dans la rue, avec le risque que cela comporte pour l'ordre public ? La réponse est simple : il s'agit tout bonnement de chauffer à blanc ces pro-Ravalomanana afin de les amener à se soulever contre le futur résultat de la HCC, résultat qu'ils savent pertinemment être en défaveur du candidat N°25. Et pour ce faire, on n'hésite pas à fabriquer de toutes pièces de fausses preuves ou encore à faire appel à de faux témoignages. Des éléments de preuve qui ne résisteront pas à un examen un tant soit peu poussé mais l'essentiel est que les Zanak'i Dada soient persuadés de leur authenticité.

Publié dans Politique

Au petit matin du 12 décembre, deux gendarmes de la compagnie de Maintirano ont perdu la vie à Antsilomialo, Antsaidoha Bebao, pour avoir escorté cinq agents recenseurs, tous de sexe masculin, pour le compte de l’Institut National de la statistique (INSTAT) dans le cadre de l’enquête post-censitaire de couverture. Scène irréaliste, selon le récit de Tantely Randrianatoandro. Ce jeune de 25 ans, marié et originaire de Moramanga, en était un des témoins oculaires. Entretien.

Publié dans Politique

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff