Société

Epidémie de rougeole - Ruée vers les centres de santé

Publié le mardi, 13 novembre 2018
Plus de 2000 cas enregistrés. La ville d’Antananarivo, voire la Région Analamanga, fait face depuis le mois d’octobre à une épidémie de rougeole. Celle-ci touche non seulement les enfants mais aussi les adolescents, jeunes et adultes, y compris les personnes vulnérables comme les femmes enceintes et les âgés. « La rougeole se manifeste par des toux, une forte fièvre, l’apparition de boutons sur le corps, la démangeaison, l’insomnie. Dès que quelques uns de ces symptômes se présentent, la consultation immédiate d’un médecin est recommandée pour éviter les complications », informe Dr Domoina Soa Kanto Rakotonoely, médecin au sein d’un cabinet en plein…
L’incendie dans l’enceinte de la zone industrielle Filatex à Ankadimbahoaka dans la nuit de lundi a été lourd de conséquences. Il s’est soldé par la mort d’un employé de la société OCM, spécialisée dans la confection de tee-shirt et jogging, et la perte des équipements, machines et marchandises des sociétés victimes de cet incendie. A part OCM, la plus touchée, deux autres sociétés à savoir AMC et Géant du Meuble, tous des locataires de la zone industrielle,  étaient également victimes des feux dont il a fallu aux sapeurs-pompiers de Tsaralalàna et ceux de l’aéroport d’Ivato  plusieurs heures pour éteindre.

Pluies dans la Capitale - Alerte… inondation à craindre !

Publié le lundi, 12 novembre 2018
Une forte pluie avec de forte grêle sont prévues pour les jours à venir dans plusieurs régions de l’île notamment à Analamanga comprenant ainsi la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et ses environs. Avec les précipitations abondantes de ces derniers temps, les risques d’inondation sont réels, bien que le phénomène soit récurrent. Les causes sont nombreuses et les conséquences graves.  Le service de la météorologie a déjà annoncé qu’un risque d’inondation est à craindre. Pourtant, aucune mesure pour l’assainissement des infrastructures d’évacuation des eaux pour la Capitale n’a été prise depuis le début de la saison des pluies.

Incendie mortel à Anosibe - Rajoelina au chevet des sinistrés

Publié le dimanche, 11 novembre 2018
Environ 500 familles en détresse. Quelques jours après le drame d’Anosibe, réduisant en cendres 139 maisons en bois et en briques, les victimes se trouvent toujours dans un état de choc et de confusion. Outre le fait de devenir des sans-abris, les sinistrés de cet incendie mortel s’en sont sortis les mains vides, en perdant tous leurs biens. Ils ont lancé des appels de secours pour leur venir en aide, notamment à l’approche de la rentrée scolaire. L’équipe d’Andry Rajoelina, dirigée par le député élu auprès du 4è Arrondissement d’Antananarivo en la personne de Paul Bert Rahasimanana alias Rossy, y a…

Kidnapping - La petite Rahima libre, Riaz Hassim introuvable

Publié le dimanche, 11 novembre 2018
Après quelques jours de suspense total, la petite Rahima (11 ans) a été finalement relâchée  au cours du week-end dernier par ses ravisseurs, une information que le CFOIM ou collectif des français d'origine indienne de Madagascar, venait de confirmer sur sa page facebook. D'ailleurs, d'autres sites Internet ont relayé cette bonne nouvelle et diffusé en même temps les images du moment de sa libération.  Tantôt, on a pu voir l'enfant pleurer à cause de l'émotion mais entourée d'un groupe d'individus presqu'aux anges.

Anosibe Andrefana - Les corps des victimes toujours à la morgue

Publié le vendredi, 09 novembre 2018
Près de 72 heures après le terrible incendie, ayant dévasté un secteur entier du marché d'Anosibe Andrefana et qui s'est notamment soldé par la mort de 5 personnes, leurs dépouilles se trouvaient encore à la morgue, du moins au moment où nous nous sommes rendus sur place, hier matin. La raison, c'est que leurs familles seraient toujours dans l'attente, dans l'espoir d'informer des proches avant de franchir à la prochaine étape, c'est-à-dire les obsèques. Selon l'information, une partie des victimes ont des familles en dehors de la ville.

Tribunal pour enfants - Les cas de délinquance des mineurs en hausse

Publié le vendredi, 09 novembre 2018
125 dossiers traités par un cabinet en 2017. Ce chiffre a largement augmenté cette année, à en croire un responsable auprès du Tribunal pour enfants auprès du Palais de Justice à Anosy. Selon les explications de notre source, les enfants en conflit avec la loi sont généralement impliqués dans des petites ou lourdes infractions pénales. Les vols à la tire et cambriolages constituent les principaux délits commis, outre les crimes comme les viols, kidnapping, etc.
Page 1 sur 151

Fil infos

  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »
  • District de Tsaratanana - Un kidnappeur notoire éliminé
  • Distribution d’argent - Démenti formel des Ampanjaka
  • Traitement des résultats de l’élection présidentielle - La CENI suscite la méfiance
  • Accusations de corruption - La CENI répond au camp Ravalomanana
  • Election présidentielle - Andry Rajoelina number 1 dans la majorité des Régions
  • Panique post-électorale - Ravalomanana enchaine les violations de la loi !
  • Election présidentielle - La communauté internationale appelle à la retenue les candidats n° 12 et n° 25

La Une

Editorial

  • L'indomptable !
    On la croyait écrasée, non il n'en est rien. Elle est toujours là ! Elle réapparait et menace de sévir. La peste, car il s'agit d'elle, persiste et signe. Cette maladie causée par la bactérie du nom de « Persinia Pestis » demeure l'indomptable ennemie à Madagascar. Obnubilé par les interminables comptages de voix, le pays tout entier semble ignorer qu'une maladie est en train de faire parler d'elle de... nouveau. Eclipsée par l'ambiance électrique électorale, la peste refait discrètement surface et risque de faire des ravages au cas où des mesures draconiennes ne seraient pas prises illico. La publication des résultats du scrutin du 7 novembre prend trop de temps. Une lenteur légendaire qui irrite certains états-majors politiques. Une lenteur qui soulève des vagues auprès de l'opinion.

A bout portant

AutoDiff