Société

L'opération « Force de frappe » de la Brigade criminelle venait de porter ses fruits en matière de lutte contre les attaques à main armées dans la Capitale. Le 18 juillet dernier, c'en était fini pour la bande à Rasta, responsable de multiples attaques ayant visé des cash-points dont surtout celui d'Ankazomanga ou encore d'un grand magasin, et enfin du domicile d'un particulier à Ankadifotsy.  Trois membres dudit gang dont une femme étaient alors tombés dans le filet des policiers. En revanche, un quatrième a réussi à s'échapper lors d'une escarmouche avec la Police.  Ces bandits font usage d'armes de…

Education - Une guerre civile entre les enseignants

Publié le vendredi, 20 juillet 2018
« Des enseignants corrompus, des traitres ». Tels sont les descriptions avancées par les enseignants grévistes quant à leurs amis qui ont décidé de reprendre leur travail. Depuis jeudi dernier, bon nombre de groupements d’enseignants dans les établissements publics du pays ont effectué des déclarations successives. Ils ont avancé leur volonté de reprendre les cours qui sont déjà suspendus durant deux mois et demi. Hier, les associations des enseignants et du personnel du ministère de l’Education nationale (MEN) ont suivi le pas de leurs confrères, chefs ZAP, chefs CISCO et chefs d’établissement.
Le week-end approche et voilà que les bandits font de nouveau parler d'eux. Vers le milieu de la journée hier, un carrefour situé sur le boulevard d'Ankorondrano a été le théâtre d'un braquage spectaculaire, mais fort heureusement sans effusion de sang. Un motocycliste en fut la cible. Les trois bandits armés d'un revolver et d'un fusil à pompe, cinq selon certains, et qui ont perpétré l'assaut lui ont volé la sacoche contenant une somme de 10 millions d'ariary. Cet argent, la victime venait d'en faire un retrait auprès d'un cash-point du quartier.

Education nationale - Reprise des cours à partir de ce jour !

Publié le jeudi, 19 juillet 2018
Fin de l’inquiétude pour les élèves et les parents. Après des réunions à maintes reprises avec la Direction régionale de l’éducation nationale (DREN), les chefs des circonscriptions scolaires (CISCO), les chefs des zones administratives et pédagogiques (ZAP), et les enseignants fonctionnaires réunis dans le Syndicat des enseignants de Madagascar (SEMPAMA), ces derniers ont décidé de reprendre leur travail. Et ce, à partir de ce jour. D’après le directeur régional de l’éducation nationale d’Analamanga, Andrianilanona Jery, ils ont priorisé avant tout les interêts des élèves malagasy pour que ces derniers puissent finir cette année scolaire dans le calme.

Cours gratuits intensifs - Une forte mobilisation des élèves

Publié le mercredi, 18 juillet 2018
Le retour de l’espoir. Après une longue semaine de vacances, les élèves sont en fin de retour en classe. Très tôt dans la matinée, bon nombre d’entre eux, notamment ceux en classe de 7e ont rejoint les bancs de l’école. D’une part, beaucoup d’enseignants ont décidé de reprendre leur travail, à quelques semaines du premier examen officiel, et de l’autre, les cours gratuits ont commencé depuis hier. Comme l’a promis les enseignants bénévoles, membres de l’Association des professeurs des écoles libres de Madagascar (APELM), les cours intensifs pour les élèves en classe de 7e, 3e et terminale ont débuté hier…
Nouvelle scène de panique à Betafo. Lundi soir, le domicile d’un opérateur économique, connu sous le sobriquet de Rajosoa, fut pillé, son camion incendié et son magasin éventré et vandalisé par des individus enragés. Hier matin, une poignée d’individus auraient encore continué à piller la villa. Pire, la Gendarmerie signale même le meurtre d’un locataire de ladite maison, un enfant de 3 ans seulement. Or, tout cela n’aurait dû jamais arriver s’il n’y avait pas tous ces malentendus dont les conséquences furent désastreuses, du moins pour l’opérateur et sa famille.

Université de Toliara - Le problème foncier s'intensifie

Publié le mardi, 17 juillet 2018
Les enseignants-chercheurs au sein de l'établissement universitaire à Toliara menacent de se révolter. En effet, le problème foncier au sein de ce campus ne s'était pas réglé, même des mois après que les alertes furent lancées. La franchise universitaire est de plus en plus violée. Désormais, le domaine privé attribué aux universitaires n'existe plus dans cette partie sud de la Grande île. La masse populaire cohabite actuellement avec les enseignants œuvrant dans le campus.
Page 1 sur 192

Fil infos

  • Tournée IEM dans la SAVA - Andry Rajoelina répond à ses détracteurs
  • Manifestation des enseignants - Le Premier ministre voit des dessous politiques
  • Présidentielle et législatives - Le HVM en ordre dispersé
  • Mouvement « Fanarenana ifotony » - Des réunions douteuses dans les Fokontany
  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM

Editorial

  • Quel message !
    100 ans ! S’il était encore resté vivant, parmi les siens, Madiba aurait 100 ans mercredi dernier. En effet, Nelson Rolihlahla Mandela, de son vrai nom, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo, dans la province de Cap et mort à l’âge de 95 ans, le 5 décembre 2013 à Johannesburg, Afrique du Sud.Faisant partie d’une rare élite noire dans une République sud-africaine (RSA) ségrégationniste, dirigée d’une main de fer par les Blancs, Nelson Mandela, avocat de son état, s’engagea dès son jeune âge dans la lutte contre toutes formes d’injustice, d’inégalité et de non-respect des droits humains. Il fonçait tout droit dans la bataille, parfois armée, contre la politique de ségrégation raciale appliquée par les tenants du pouvoir.

A bout portant

AutoDiff