2 heures et 30 minutes dans le noir ! La JIRAMA, la compagnie nationale d’eau et d’électricité, a annoncé hier, le retour des délestages tournant, sur tout le territoire malagasy. Selon les explications fournies, cette prise de mesure est surtout due à un déficit au niveau de la puissance enregistrée. Effectivement, les pluies ne sont pas du tout suffisantes dans les Régions où se trouvent les barrages. De ce fait, le niveau des eaux n’arrivent pas à faire fonctionner normalement les centrales. En plus de cela, une défaillance a également été constatée au niveau des centrales thermiques.

Publié dans Société
samedi, 05 janvier 2019

Quid de la vérité !

Quelle « vérité » à prendre en compte ? Telle est la question majeure qui émerge de ce brouhaha déconcertant et qui empoisonne l’atmosphère politique. Des bruits de voix confus et tumultueux qui émanent de la rue sinon du parvis de l’Hôtel de Ville pour torpiller les résultats provisoires annoncés par la CENI quelques jours auparavant. Concernant ce second tour, existe-t-il « deux vérités » ? Face aux vaines gesticulations et dangereusement destructives initiées par le camp Ravalomanana, la Communauté internationale met en garde qu’il ne peut pas y avoir « deux Présidents  pour un même pays », tout comme il ne peut pas y avoir « deux vérités » !

Publié dans Editorial

Positif. Tel résume le bilan du 2nd tour de l’élection présidentielle du 19 janvier livré dans une déclaration conjointe du KMF – CNOE, la Commission épiscopale (Justice et Paix),  Liberty 32 hier. Ces trois entités de la société civile ont déployé 2801 observateurs dans plus de 3600 bureaux de vote répartis dans 114 districts. Dans cette déclaration, ces entités font part d’une amélioration de la transparence du 2nd tour. Elle constate aussi les efforts déployés par la CENI  pour assurer le bon déroulement du processus électoral avant, pendant et après le scrutin. A cela s’ajoute un « progrès dans l’activité d’observation grâce aux expériences tirées du 1er tour de la Présidentielle ». La présence des délégués des candidats dans les bureaux de vote constituent, pour eux, un gage de transparence.

Publié dans Politique

Les leaders du collectif soutenant le candidat finaliste de l’élection présidentielle à Madagascar Marc Ravalomanana en appellent tous au « peuple ». Les Fidèle Razara Pierre et consorts invoquent le « peuple » à chacune de leurs interventions pour motiver notamment les descentes sur le parvis de l’Hôtel de ville à Analakely.

Publié dans Politique

A la place des actuels manifestants du 13 mai, toute personne normalement constituée se serait insurgée face à la grossière mascarade qui a été servie, avant-hier, par les meneurs du mouvement. Annoncée en grande pompe, la diffusion sur écran géant des soi-disant preuves de fraude massive, qui auraient été constatées lors du scrutin du 19 décembre dernier, s'est révélée être un scandaleux attrape-nigaud qui ne tromperait que les naïfs parmi les naïfs. Force est de constater que les meneurs de la manifestation ont pris les pro-Ravalomanana pour des canards sauvages.

Publié dans Politique
samedi, 05 janvier 2019

La UNE du 05 janvier 2019

Publié dans La Une

Fil infos

  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès
  • Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route
  • Mairie d'Antananarivo - Des sénateurs appellent à voter pour Naina Andriantsitohaina

La Une

Editorial

  • Elan national
    Les portes de la Commission mixte, Malagasy et Français chargée de trancher sur le sort des îles Eparses, s’ouvriront ce lundi 18 novembre 2019 à Antananarivo (Andafiavaratra) avec en toile de fond un tableau apparemment contrasté. D’une part, la récente déclaration, incendiaire et provocante, d’Emmanuel Macron aux îles les Glorieuses  « Ici c’est la France ! » De l’autre, la détermination de Madagasikara de vouloir « récupérer » à tout prix les îles malagasy sournoisement appelées « îles éparses ». Les autorités malagasy, soutenues par l’ensemble de l’opinion nationale, campent sur leur position à savoir les cinq perles dites îles Eparses (Europa, Bassa da India, Juan de Nova, les Glorieuses et Tromelin) sont malagasy et ce conformément aux deux résolutions de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 12 septembre 1979 portant n° 34/91 et du 11 décembre 1980 n°35/123.  

A bout portant

AutoDiff