Publié dans Economie

Appui budgétaire - 100 millions de dollars pour le secteur de la santé et de l’éducation

Publié le vendredi, 27 mars 2020


Un accent particulier aux secteurs sociaux. La Banque mondiale a approuvé, hier, un prêt-programme à l’appui d’une politique publique de développement de 100 millions de dollars afin de soutenir les investissements de l’Etat malagasy dans le capital humain. Plus précisément, le financement servira à améliorer les ressources humaines dans les secteurs de la santé et de l’éducation, garantir la disponibilité des ressources budgétaires des secteurs sociaux et renforcer la protection juridique des femmes et des enfants. Selon l’indice du capital humain établi par la Banque mondiale, actuellement, un enfant né à Madagascar n’atteindra que 37 % du potentiel productif qu’il aurait obtenu s’il avait bénéficié d’une instruction complète et de soins de santé adaptés.

Entre 2012 et 2017, l’indice du capital humain de la Grande île est passé de 0,39 à 0,37, le plaçant en dessous de la moyenne en Afrique subsaharienne. Les enfants malagasy peuvent espérer terminer 7,5 années de scolarité lorsqu’ils auront atteint l’âge de 18 ans. Un chiffre ramené à 4,2 ans, si l’on tient compte de la qualité de l’apprentissage. A l’échelle mondiale, Madagascar est le quatrième pays avec un taux de retard de croissance le plus élevé chez les enfants de moins de cinq ans (42 %). De plus, le système de protection sociale dans le pays n’existe pas depuis longtemps et demeure sous-financé. Ce système ne touche que 5 % des personnes extrêmement pauvres. « En soutenant la volonté du Gouvernement d’investir dans la population, cet appui budgétaire vise à inverser la tendance inquiétante en matière de pauvreté », a déclaré Marie-Chantal Uwanyiligira, responsable des opérations de la Banque mondiale pour Madagascar.

30 000 ménages

Par ailleurs, cette opération permettra de mieux gérer les ressources financières affectées aux secteurs sociaux afin de fournir des filets de protection sociale à 30 000 ménages supplémentaires et de rendre l’exécution du budget plus transparente, conformément aux principes du libre accès aux données budgétaires publiques. « Les ressources humaines et financières avec lesquelles ils opèrent sont les deux éléments les plus importants pour les écoles et les centres de santé à Madagascar », explique Peter Holland, chef d’équipe de cette opération au sein de la Banque mondiale. « Le Gouvernement a lancé d’importantes réformes sur la formation et la sélection des enseignants et des professionnels de la santé. Ce sont les premières étapes importantes pour assurer l’avenir du capital humain de Madagascar ».

En effet, certaines actions ont déjà commencé à être menées, notamment l’approbation des normes pour le métier d’enseignant, le déploiement des mesures pour contrôler la qualité du recrutement des enseignants communautaires, le renforcement de la formation initiale des agents de santé. Par ailleurs, un guichet unique a été créé pour améliorer la gestion des ressources humaines dans l’ensemble de la fonction publique. Cela permettra de rationaliser le système afin de réduire considérablement les mauvaises affectations des fonctionnaires et de s’assurer qu’ils soient déployés en fonction des besoins.

Recueillis par Solange Heriniaina



Fil infos

  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90

La Une

Editorial

  • Face-à-face mitigé
    La Session ordinaire des deux Chambres du Parlement bat son plein. Comme le stipule le texte fondamental, la première session se consacre essentiellement à l’examen et à l’adoption de la Loi de finances rectificative (LFR) de l’exercice budgétaire en cours et aux présentations des rapports d’activité de l’Exécutif devant le Parlement avec en toile de fond dominant le traditionnel face-à-face qui, au fil du temps, se transforme en « bras de fer » mettant aux prises élus du peuple et membres du Gouvernement.  

A bout portant

AutoDiff