Publié dans Economie

Soutien au secteur privé - Un plan multisectoriel à la place du plan de mitigation

Publié le dimanche, 24 mai 2020



Prévu à la fin du mois d’avril. Le Gouvernement ne s'est pas encore prononcé concernant l'accompagnement du secteur privé en cette crise à la fois sanitaire et économique. Il est indéniable que la pandémie a touché de plein fouet les entreprises. Le ralentissement économique a baissé considérablement leurs activités. A cet effet, le ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat  (MICA), ainsi que les représentants du secteur privé ont élaboré ensemble un plan de mitigation pour faire face à cette crise.
Cependant, le président du Groupement des entreprises de Madagascar (GEM), Thierry Rajaona, a fait savoir, lors de son intervention dans un média privé, que ce plan n'a pas encore été adopté lors du Conseil des ministres qui s’est tenu mercredi dernier. « Le secteur privé a mis en avant deux points importants dans ce document. Les salariés ont besoin d’une assistance financière à cause du chômage technique. Les entreprises, quant à elles, attendent une bonification et une garantie de crédit de trésorerie pour fonctionner de nouveau. Le ministre de tutelle nous a annoncé, jeudi dernier, qu’au lieu d’approuver le plan de mitigation, le Gouvernement rassemblera toutes les idées du document et inscrira tous les points importants dans un plan d’urgence multisectoriel. Quoi qu’il en soit, nous attendons encore les mesures de soutien venant du Gouvernement. L’Etat et le secteur privé sont inséparables. La baisse des activités du secteur privé entraîne la diminution des recettes fiscales », explique le président du GEM.
En effet, les ressources de l’Etat ont accusé un manque à gagner d’environ 1 800 milliards d’ariary, selon la loi de Finances rectificative (LFR). Pour rappel, le Gouvernement a déjà prévu une enveloppe de 347 millions de dollars pour la relance de l’économie. L’appui aux entreprises occupe une place importante car une somme estimée à 295 millons de dollars leur est destinée. Ce montant servira à prendre en charge partiellement lepaiement des salaires. Jusqu’à présent, Madagascar figure parmi les pays qui n’ont pas encore mis en œuvre leur stratégie de relance économique.
Recueillis par Solange Heriniaina

 

Fil infos

  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs
  • Route nationale secondaire 34 - Un pont métallique réhabilité par la direction régionale
  • Aéroport d’Ivato - Arrivée de 14 tonnes d’équipements sanitaires en provenance de Chine
  • Malagasy bloqués à l’étranger - Reste 700 ressortissants à rapatrier
  • Iles Eparses - Le rapport de connexité avec l’État malgache
  • Lutte contre la propagation du coronavirus - Des mesures draconiennes pour Analamanga
  • Manque de transparence - Précision du ministre des Finances
  • Retour au confinement - L’heure de se montrer tous responsables !

La Une

Editorial

  • Effets délétères
    Les rafales de balles réelles du Covid-19 frappent de plein fouet le pays. Elles atteignent malheureusement des cibles stratégiques. L’ennemi  gagne du terrain. La Grande île est en guerre ! L’état-major de guerre change de tactique et opte décidément pour la manière forte. Devant la gravité de la situation au front, le chef de guerre donne l’ordre de déployer l’artillerie lourde. La bataille est difficile. En cause, deux mobiles majeurs. Un d’abord, dans le camp adverse, on a affaire à un redoutable ennemi dont la force principale réside sur le fait qu’il est « invisible ». Deux, le commandant en chef des Armées se confronte à un problème quelque peu complexe en raison de l’atmosphère d’indiscipline qui règne dans les rangs des guerriers. Les « simples soldats » vont en ordre dispersé. Leurs chefs sur terrain ont du mal à les mettre au pas. Ainsi, l’ennemi jouit l’avantage dû à son invisibilité mais le bordel du…

A bout portant

AutoDiff