Publié dans Economie

Premier ministre Ntsay Christian - « La dette envers les compagnies pétrolières bientôt apurée »

Publié le vendredi, 29 mai 2020

Sur la bonne voie. Face à la chute libre du cours du pétrole sur le marché international, les consommateurs malagasy s’attendent actuellement à une baisse des prix à la pompe. « Malheureusement, ce n’est pas encore possible pour le moment. L’Etat doit encore s’acquitter de ses dettes auprès des compagnies pétrolières. Toutefois, avec la tendance positive observée actuellement, cet apurement de dettes devrait prendre fin d’ici quatre mois, soit vers le mois de septembre ou octobre prochain », a expliqué le Premier ministre Ntsay Christian.

 

En effet, depuis 2017, les prix affichés dans les stations-services étaient quasiment en dessous du « prix de référence calculé » (PRC) issu de la structure des prix, prenant notamment en considération le cours du pétrole sur le marché international, celui de l’ariary mais aussi les marges et les taxes. Cette différence a ainsi creusé le passif envers les entreprises.

Mais aujourd’hui, pour éviter de rembourser de sa caisse, l’Etat se sert de cette différence entre les deux prix à son avantage pour payer ce passif. Lorsque le PRC est inférieur au prix affiché dans les stations-services, les marges obtenues par les compagnies pétrolières serviront ainsi dans l’apurement du passif. A la fin de l’année dernière, la dette de l’Etat envers les compagnies pétrolières s’élevait à 172 milliards Ar, selon le Dg de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH), Olivier Jean Baptiste.

Stabilité

Dans tous les cas, cette stabilité des prix à la pompe est aussi nécessaire pour maintenir un semblant d’équilibre dans l’économie du pays. « Il y a eu une baisse conséquente des cours mondiaux du pétrole au cours des trois précédents mois. Mais si nous avions décidé de suivre cette tendance et de baisser les prix, nous serions contraints de les augmenter à nouveau après quelques mois, étant donné que le prix du baril est sûr de grimper une fois cette crise terminée. Il n’y a qu’à voir le cours de pétrole qui commence à remonter. Pourtant, un changement constant du prix des carburants désavantagerait tous les acteurs économiques, autant les entreprises que les particuliers. C’est pour cette raison que nous avons décidé de maintenir les prix à ce même niveau », soutient le Premier ministre Ntsay Christian.

Pour espérer une révision des prix à la pompe, il faudra donc attendre encore quelques mois. Ils devraient alors rester les mêmes pour les trois à quatre prochains mois.

 La Rédaction

Fil infos

  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère

La Une

Editorial

  • CVO, qu'on se le dise !
    Des voix s'élèvent en Côte d'Ivoire, pays de l'Afrique occidentale, région subsaharienne, pour dénoncer l'efficacité du Covid-Organics (CVO) tout en balançant des propos injurieux, frisant la calomnie, à l'endroit du Chef de l'Etat malagasy Rajoelina Andry Nirina.  

A bout portant

AutoDiff