Publié dans Economie

Aires protégées à Madagascar - Les retombées économiques suivies de près

Publié le mercredi, 24 juin 2020

Pour plus d’impacts. Une première rencontre s’est faite en début de semaine, entre le ministère de l’Environnement et du Développement durable et les gestionnaires des aires protégées (AP). L’objectif est de voir ensemble les moyens d’améliorer la gestion des réserves naturelles de Madagascar. A l’issue des échanges, il a donc été décidé que les retombées économiques des AP seront particulièrement suivies de près, en dehors des recettes touristiques. « Le domaine de l’environnement reçoit chaque année plusieurs millions de dollars de la part des bailleurs de fonds et autres. Toutefois, les résultats de conservation ne sont pas encore palpables. Il existe encore des failles.

C’est pourquoi, nous avons décidé d’organiser cette rencontre. Elle se répètera à raison de deux fois par an pour favoriser les échanges d’informations entre les parties prenantes dans la préservation de nos ressources naturelles. Cela nous permettra de voir comment ces acteurs s’organisent dans la gestion des aires protégées du pays et d’apporter des solutions à leurs problèmes. Nous consacrons un effort particulier au suivi de l’usage des fonds de chaque gestionnaire pour avoir le plus d’impacts », a soutenu Vahinala Raharinirina Baomiavotse, ministre de l’Environnement et du Développement durable, mardi dernier à Ambatobe.

Ce suivi des retombées économiques s’accompagnera de la valorisation des retombées sociales des aires protégées, en plus de la protection et de la conservation. Effectivement, les rapports effectués par les gestionnaires des AP soulignent que l’insécurité figure parmi les défis à relever pour la protection de nos ressources naturelles. Les communautés environnantes ne comprennent pas la valeur de ces ressources pour leur survie. Tout ce dont elles sont conscientes, c’est qu’elles ont besoin d’argent pour vivre. Elles ne comprennent pas qu’en détruisant les ressources forestières, elles détruisent également leur avenir. « C’est pourquoi, l’éducation environnementale est un volet non négligeable et pour cela, tous les acteurs vont travailler ensemble. L’intégration de toutes les communautés, plus particulièrement les plus vulnérables, dans le système de conservation permettra d’avoir des impacts plus conséquents. De plus, à partir de maintenant, les notions de conservation et de développement seront inséparables. L’une ne pourra exister sans l’autre » précise la ministre. Ces éducations environnementales se feront notamment à travers des échanges directs pour comprendre et connaître un peu plus les besoins ainsi que les attentes des populations concernées.

« La dégradation des ressources naturelles est ingérable jusqu’à aujourd’hui. Et ces ressources sont mal exploitées. Toutefois, la volonté d’impliquer les VOI (« Vondron’olona ifotony ») est un engagement louable. Cette politique de conservation inclusive pourrait bien évidemment porter ses fruits », s’enthousiasme Marie Claudine Ranorosoa, coordonnatrice nationale de la nouvelle aire protégée de Tampolo, située à Fénérive-Est. Après avoir défini les points importants, il reste alors à trouver la meilleure approche.

Rova Randria

 

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff