Publié dans Economie

Environnement - Madagascar se doit d’être plus résilient

Publié le vendredi, 28 décembre 2018

La Grande île se doit de mener sa lutte contre le changement climatique par ses propres moyens. Récemment, Madagascar a participé à la COP 24, la 24e conférence mondiale sur le climat qui s’est déroulée du 2 au 15 décembre dernier à Katowice, en Pologne. A l’issue de cette grande réunion, il a été constaté que la résilience de notre pays face aux changements climatiques demeure encore faible jusqu’à ce jour.  Effectivement, les actions y afférentes sont exclusivement, ou presque, conditionnées par les appuis venant des pays développés. De ce fait, leurs répercussions restent encore limitées dans diverses Régions de Madagascar.

En plus, la majorité de la population ne se sent que partiellement responsable face à la dégradation de la nature. La preuve ? La coupe abusive des forêts et les feux de brousse continuent toujours jusqu’à aujourd’hui. Les impacts de la sensibilisation, des interdictions et des sanctions n’ont pas encore persuadé les différentes communautés à dissoudre ces pratiques. « De nombreuses communautés vivent des produits de la forêt. Ainsi, elles ne peuvent se résoudre à arrêter de les exploiter. Ainsi, il faut trouver d’autres alternatives pour préserver ces ressources naturelles sans pénaliser le peuple environnant », précise un environnementaliste.

Des secteurs confondus

Il ne faut pas oublier que des changements conséquents doivent être opérés à Madagascar afin d’éviter que la hausse de température dépasse 1,5°C. De surcroît, au-delà de cette limite, plus de 90 % de la faune malagasy risque de disparaître. Pour être résiliente, les actions menées par l’Etat ne doivent pas se centrer uniquement sur la protection de l’environnement, mais aussi s’élargir vers plusieurs branches telles que l’agriculture ou encore l’énergie. En ce qui concerne le secteur énergétique par exemple, il faudrait trouver des alternatives pour que les énergies vertes soient plus accessibles aux ménages malagasy. « Le prix du gaz est tellement exorbitant que je préfère me rabattre sur le charbon », témoigne Rojo Randriamana, mère de famille. Et ce genre de situation n’est pas un cas isolé. En tout cas, pour aborder ce sujet, il faut aussi savoir parler aux gens pour qu’ils adhèrent facilement à tous ces changements.     

Rova R.

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff