Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Economie

Environnement - Madagascar se doit d’être plus résilient

Publié le vendredi, 28 décembre 2018

La Grande île se doit de mener sa lutte contre le changement climatique par ses propres moyens. Récemment, Madagascar a participé à la COP 24, la 24e conférence mondiale sur le climat qui s’est déroulée du 2 au 15 décembre dernier à Katowice, en Pologne. A l’issue de cette grande réunion, il a été constaté que la résilience de notre pays face aux changements climatiques demeure encore faible jusqu’à ce jour.  Effectivement, les actions y afférentes sont exclusivement, ou presque, conditionnées par les appuis venant des pays développés. De ce fait, leurs répercussions restent encore limitées dans diverses Régions de Madagascar.

En plus, la majorité de la population ne se sent que partiellement responsable face à la dégradation de la nature. La preuve ? La coupe abusive des forêts et les feux de brousse continuent toujours jusqu’à aujourd’hui. Les impacts de la sensibilisation, des interdictions et des sanctions n’ont pas encore persuadé les différentes communautés à dissoudre ces pratiques. « De nombreuses communautés vivent des produits de la forêt. Ainsi, elles ne peuvent se résoudre à arrêter de les exploiter. Ainsi, il faut trouver d’autres alternatives pour préserver ces ressources naturelles sans pénaliser le peuple environnant », précise un environnementaliste.

Des secteurs confondus

Il ne faut pas oublier que des changements conséquents doivent être opérés à Madagascar afin d’éviter que la hausse de température dépasse 1,5°C. De surcroît, au-delà de cette limite, plus de 90 % de la faune malagasy risque de disparaître. Pour être résiliente, les actions menées par l’Etat ne doivent pas se centrer uniquement sur la protection de l’environnement, mais aussi s’élargir vers plusieurs branches telles que l’agriculture ou encore l’énergie. En ce qui concerne le secteur énergétique par exemple, il faudrait trouver des alternatives pour que les énergies vertes soient plus accessibles aux ménages malagasy. « Le prix du gaz est tellement exorbitant que je préfère me rabattre sur le charbon », témoigne Rojo Randriamana, mère de famille. Et ce genre de situation n’est pas un cas isolé. En tout cas, pour aborder ce sujet, il faut aussi savoir parler aux gens pour qu’ils adhèrent facilement à tous ces changements.     

Rova R.

Fil infos

  • Antsampanana - 2 poids lourds prennent feu lors de terribles collisions
  • Révision contrats Jirama – Baisse du prix des carburants - Le Président Andry Rajoelina inflexible
  • Elections législatives - Proclamation des résultats de la CENI demain
  • Elections communales - Le mystificateur Ny Rado Rafalimanana de retour
  • Organisation médicale inter-entreprises de Toliara - Détournement d'un milliard d'ariary !
  • Députés officieux en prison - Un casse-tête…pour les citoyens
  • Président Andry Rajoelina - Première rencontre prometteuse avec Angela Merkel
  • Produits forestiers - Des mesures à prendre sur la RN44
  • Législatives - De nombreux nouveaux venus attendus à Tsimbazaza
  • Barea à la Coupe d'Afrique des Nations - 700 millions d'ariary du Président Andry Rajoelina

Editorial

  • Un siècle de combat
    L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et…

A bout portant

AutoDiff