Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Economie

Laura Ravelonjanahary - La réincarnation du courage

Publié le vendredi, 08 mars 2019

Ravelonjanahary Laura Fréderic est une jeune maman âgée de 25 ans. Elle a perdu son époux lors d’un accident de voiture alors qu’elle était enceinte de trois mois. « Nous sommes rentrés d’une sortie de promotion lorsque l’accident est survenu. Mon époux était gravement blessé. Il a ensuite perdu la vie à l’hôpital. C’était un grand choc pour moi. En une seconde, j’ai vu le mur de bonheur que nous avons patiemment construit s’effondrer. J’étais déboussolée, perdue, je ne savais plus quoi faire. La tristesse m’envahissait pourtant j’ai dû garder le sourire parce que je porte un enfant. Mes proches m’ont souvent répétée que mes larmes impactent négativement sur le bébé », raconte-t-elle avec émotion.

Depuis, elle a rassemblé tous les courages pour affronter la vie afin de garder au mieux la santé de son enfant. Six mois plus tard, elle a mis au monde un petit garçon nommé Lauïc. « C’est dure d’élever seule son enfant. Pourtant, depuis que j’ai mis au monde mon bébé, je me sentais mieux. Sa présence embaume mon cœur et rend mon bonheur. En ce moment, Lauïc est âgé de neuf mois. Bien que son père soit absent, je fais tout pour que mon fils soit heureux. D’ailleurs, je travaille beaucoup  afin de lui garantir un avenir meilleur », continue-t-elle.

La mécanique, un métier d’homme exercé par une femme

En effet, Laura travaille comme mécanicienne. Son métier consiste à réparer les voitures. « Etre une femme c’est comme tout le monde, mais être mécanicienne c’est un choix et un rêve qui s’est réalisé », affirme-t-elle. Son choix remonte à l’époque où elle a obtenu son baccalauréat technique. Elle a ensuite choisi la mécanique comme carrière. « Même mon père était plutôt sceptique au début lorsque je lui ai annoncé que je vais concourir pour une étude en mécanique. Il s’imaginait tout de suite des personnes avec des combinaisons sales. Pourtant, ma passion m’a emportée et j’ai quand même

intégré une centre de formation », explique Laura. Parmi les 150 étudiants de sa promotion, Laura était la seule fille. « Au départ, les garçons me regardaient bizarrement et me traitaient comme une intruse. Ils se posaient beaucoup de questions. Ils se sont surtout demandé ce qui m’a poussée dans ce domaine. Mais au fil du temps, ils ont fini par accepter ma présence et m’ont considérée parmi les leurs ». De même quand elle s’est immergée dans le monde du travail, elle affronte toujours les jugements des autres. « Les hommes ont souvent tendance à sous-estimer ma compétence. En tant que femme, ils croient que je suis censée ne rien savoir concernant le moteur et tout le reste. Par exemple, quand je constate un problème et propose une solution, mes coéquipiers ont eu du mal à me faire confiance. Ils vérifient encore mes propos auprès de quelqu’un d’autres. Mais il suffit de leur prouver qu’on maitrise le domaine pour qu’ils acceptent ». D’ailleurs, au début de sa carrière, les gens s’étonnent en la voyant au garage. Mais l’opinion des autres ne la préoccupe guère. Elle continue à vivre son rêve et offrir le meilleur d’elle-même à son enfant. D’ailleurs, elle encourage toutes les femmes à ne jamais baisser les bras quoi qu’il arrive.  

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Emergence de Madagascar - Une majorité présidentielle s'avère indispensable à l'Assemblée nationale
  • Acquisition illicite de terrains - Un vice-président du Sénat soupçonné de détournement de biens publics
  • Violence basée sur le genre - Mialy Rajoelina prête à organiser une conférence internationale à Madagascar
  • Gestion de la Capitale - L'immobilisme de Lalao Ravalomanana agace
  • Président de la République  à Antsiranana - « Les travaux du « velirano » commenceront dans un mois »
  • Braquage chez Accès Banque - Coup de filet sur les présumés auteurs principaux
  • Industrie sucrière de Brickaville - Andry Rajoelina siffle la fin des conflits
  • « Fihariana » - Trois projets financés 
  • Immigration clandestine - Une dizaine d’Africains débusqués dans la forêt du Nord
  • Projet « Fihariana » - Un self-made-man, Andry Rajoelina se soucie des jeunes

La Une

Editorial

  • Par amour !
    « Et l'amour en est le plus grand ! » Tel est le thème-phare cher au TGV/MAPAR. Une « profession de foi » que Rajoelina Andry Nirina porte en lui dans la profondeur de son cœur et de son âme, et cela, depuis sa tendre enfance et qu'il aime témoigner à tout vent, n'importe où et n'importe quand. A Ambilobe ou à Amboasary Atsimo ou à Toamasina ou à Antsiranana ou même à … Paris, Zandry Kely ne cesse de partager à quiconque qui veut l'entendre son amour pour sa patrie, pour ses compatriotes surtout ceux dans la tourmente. Une conviction voire un credo que le leader de la Révolution Orange, Rajoelina Andry, devenu Président de la République de Madagascar entend « prêcher » haut et fort. Le livre « Par Amour de la Patrie », à l'allure d'une autobiographie, qu'il publiait chez « Les guetteurs du Vent » à…

A bout portant

AutoDiff