Publié dans Economie

« Forest and Farm Facility » - Relier les paysans à la gestion des forêts

Publié le jeudi, 11 avril 2019

Sur le territoire malagasy, il est assez difficile de séparer les paysans des réserves forestières. C’est pourquoi, le ministère de l’Environnement et du Développement durable veut relier définitivement les paysans et leurs exploitations agricoles à la bonne gestion des forêts. Aujourd’hui, pratiquement 30% des forêts du pays sont gérées par les populations locales, que ce soit de manière formelle ou informelle. A travers le mécanisme « Forêts&Paysans » ou « Forest and Farm Facility » (FFF), les autorités veulent donc favoriser la résilience des exploitations agricoles face au changement climatique tout en améliorant les moyens d’administration des zones forestières.

« Avec ce concert, nous voulons surtout que le pays contribue à la résolution des problèmes mondiaux auxquels les ressources naturelles sont confrontées, tels que notre croissance démographique ou encore notre mode de consommation inéquitable et non durable. Pour cela, il est donc nécessaire de s’attaquer à la racine des choses comme l’agriculture, surtout que notre pays n’est pas encore ravagé par les grosses industries et les produits chimiques. Impliquer davantage les paysans permettra ainsi de réduire considérablement les mauvaises pratiques comme les feux de brousse ou encore la coupe abusive des arbres »,  maintient un responsable au sein du ministère.

Egalité d’accès

L’exploitation forestière est en effet une industrie très lucrative. Sa combinaison avec le secteur agricole n’en sera alors que gratifiant, sauf qu’il est nécessaire de se plier à certaines contraintes pour que la filière soit pérenne. Pour de grands exploitants de bois comme Hazovato par exemple, il possède ses propres exploitations. Et pour ne pas épuiser ses ressources, il plante cinq arbres pour un arbre coupé. « Ceci devrait être une réflexion pour tous pour préserver notre environnement et nos générations futures », précisent ces grands exploitants. Ce sera les mêmes restrictions pour les populations rurales concernées. Avec ce nouveau mécanisme notamment, elles auront un accès amélioré et équitable aux ressources productives, aux services mais aussi aux marchés. Toutefois, elles devront les gérer durablement. Pour cela, la présence des organisations et des institutions rurales sera renforcée afin de faciliter leurs actions collectives. Comme cela, au cours des prochaines années, les zones agro-écologiques pourront se développer au fur et à mesure sur toutes les régions du pays. En tout cas, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) est prête à appuyer le ministère de la mise en place de ce nouveau mécanisme, pouvant réduire durablement la pauvreté à Madagascar. Un comité ad hoc sera mis en place pour guider les programmes.

Rova Randria

Fil infos

  • Pandémie de coronavirus - Un millier de Malagasy coincés à l’étranger
  • Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »
  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !

La Une

Editorial

  • En berne !
    Le mois de juin pointe son nez et coupe la poire en deux. Ce mois en cours termine le premier semestre et d’ici peu, on entamera les six derniers mois de l’année. Juin, c’est le mois de l’année où l’enchantement et la liesse populaire se mettent au rendez-vous. Le mois où l’on enregistre le maximum de jours de « fête » que composent les 365 de l’année. Mais dommage, cette fois-ci tout doit se passer en demi teint. On sera privé des jouissances traditionnelles. En cause, le terrible Covid-19 qui nous étreint au point de mettre en berne le joli mois.Tout commence par une fête religieuse, le lundi de Pentecôte qui, cette année, a eu lieu le 1 juin. Normalement, c’est le jour où la petite famille qui, pour profiter des jours fériés de la Pentecôte, s’évade dans la nature et savoure l’air pur de la campagne. Malheureusement, Covid-19 nous impose, à…

A bout portant

AutoDiff