Publié dans Economie

Forêt de Vohibola - L’association « Razan’ny Vohibola » gestionnaire officiel

Publié le lundi, 29 avril 2019

Pour une période d’essai. Une délégation du ministère de l’Environnement et du Développement durable, composée du ministre lui-même ainsi que de son secrétaire général,  des directeurs de l’environnement et des forêts ainsi que du développement durable, a effectué une descente sur terrain dans le fokontany d’Andranokoditra, samedi dernier. L’idée principale étant de rencontrer l’association « Razan’ny Vohibola » ainsi que le « fokonolona » des quatre fokontany autour de la forêt de Vohibola. Au cours des différents échanges, Alexandre Georget, ministre de l’Environnement et de Développement durable, a ainsi décidé de désigner ladite association comme gestionnaire officiel des lieux. « Auparavant, l’association « Razan’ny Vohibola » a déjà géré ce site. Toutefois, les membres n’ont pas respecté le cahier de charges se référant à la protection des forêts. Cependant, après des grandes discussions et débats, nous avons décidé de leur confier à nouveau la gestion de Vohibola pour un contrat d’essai d’une année. Le mois de mars de l’année prochaine, nous ferons donc une évaluation pour voir si tout a été fait dans les normes », a soutenu le ministre lors de sa descente.


Appui technique

Pour rappel, l’association « Razan’ny Vohibola » est une association de villageois volontaires souhaitant protéger leurs forêts. Mais l’ancien directeur régional de l’environnement et du développement durable d’Atsinanana s’est tout le temps opposé à eux pour qu’ils puissent vraiment prendre en main la préservation de Vohibola. Aujourd’hui, les membres de l’association ont donc accepté leurs erreurs et ont promis au ministre de veiller au mieux sur la forêt de Vohibola. « En plus, ils ne seront pas seuls. Nos portes leur seront toujours ouvertes. Et nous continueront également de les appuyer techniquement pour qu’ils puissent être plus efficaces. Des techniciens et des agents forestiers viendront aussi les seconder dans leur travail », a ajouté le ministre.

Respect des lois

Ainsi, tout sera fait pour que l’industrie forestière ne bénéficie plus qu’à une minorité. Lors de leur descente, le ministre et sa délégation ont par exemple croisé un bac rempli de bois coupé. « Et après avoir vérifié les papiers, il s’est avéré que ces derniers présentaient des anomalies. En effet, ils étaient signés à la date du 27 avril 2019 par le chef du cantonnement de Toamasina. Pourtant, à cette même date, le signataire était au bord du même bateau que le ministre », explique notre source. Il a donc été sévèrement réprimandé par le ministre pour que tout le monde prenne conscience que les actions de ce genre ne seront plus acceptées. Chacun doit respecter les lois en vigueur. 
Rova Randria

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff