Publié dans Economie

Ministère de l’Economie et des Finances - 190 millions de dollars dans le budget de l’Etat

Publié le mercredi, 15 mai 2019

Deux signatures en une journée. La signature de la convention entre le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandranto et la Banque mondiale ainsi que le Fonds d’intervention pour le développement (FID) s’est tenue hier au Palais de Mahazoarivo. Cette somme soutient les réformes pour améliorer la viabilité des finances publiques et la gouvernance du secteur d’électricité.  

« Le montant de cet appui budgétaire a été en effet augmenté. Il était initialement d’un montant de 40 millions de dollars, mais a été finalement fixé à 100 millions de dollars. Cette augmentation est justifiée sur le fait que plusieurs réformes ont été mises en œuvre de façon plus appuyée par rapport à ce qui a été initialement prévu. C’est aussi une marque de soutien du groupe de la Banque mondiale à la volonté affichée de ce Gouvernement de mettre en œuvre des réformes en faveur d’une croissance accélérée et plus inclusive. Dans le cadre de cette opération, les réformes appuyées porte sur une gestion vraiment efficace et transparente des finances publiques en soutien à l’investissement public, en particulier dans le secteur énergétique. Cette opération est approuvée. Elle entre dans le budget de l’Etat et nous nous réjouissons déjà de continuer à travailler avec le Gouvernement afin de l’appuyer dans la réalisation d’autres réformes pour les années à venir », explique Coralie Gevers, représentante de la Banque mondiale à Madagascar.  

Appui au secteur énergétique

Le Gouvernement prévoit de doubler l’accès à l’électricité au cours des cinq prochaines années. Cependant, le fait de parvenir à un accès plus élargi à l’électricité nécessite de mobiliser des investissements privés de manière viable sur le plan financier. Avec des passifs cumulés de près de 5 % du Produit intérieur brut (PIB), c’est-à-dire de la richesse nationale et des pertes d’exploitation de plus de 2 % du PIB, la santé financière de la JIRAMA revêt une importance macroéconomique pour le pays. La poursuite des efforts en faveur de l’amélioration de la gouvernance de la JIRAMA contribuera à réduire les subventions de l’Etat et permet ainsi de dégager un espace budgétaire supplémentaire pour le financement des dépenses et des investissements à caractère social.

Une gestion adéquate des investissements dans le secteur de l’électricité ainsi que l’amélioration de la performance financière et opérationnelle de la JIRAMA contribuent en effet à améliorer le climat des investissements et le climat des affaires dans le pays.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

La Une

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff