Publié dans Economie

Région du Sud - Nécessité d’autres financements pour réduire la pauvreté

Publié le mercredi, 05 juin 2019

Vulnérable. C’est ce qui résume en un mot la situation de la population dans la Région du Sud de Madagascar. En effet, madame Ursulla Mueller, sous-secrétaire générale en charge des affaires humanitaires et secours d’urgence et monsieur Donald Brown, vice-président adjoint du Fonds international pour le développement agricole (FIDA) sont dans nos murs durant  quatre jours. Lors de leur passage dans la Région du Sud, ils ont constaté l’impact du changement climatique sur la vie de la communauté locale. En effet, ce phénomène aggrave le niveau de vulnérabilité et de pauvreté de la population du Sud. « Pendant les trois jours que j’ai passé à Madagascar, j’ai été témoin de la réalité inacceptable du changement climatique sur les habitants les plus vulnérables. Les phénomènes météorologiques extrêmes  deviennent de plus en plus intenses et fréquents à Madagascar. Ils affectent la vie et les moyens de subsistance de la population.

Durant ma descente dans le Sud, j’ai vu des enfants victimes de malnutrition. Deux Districts situés dans le Sud sont confrontés à l’insécurité alimentaire. Nous devons ainsi nous attaquer sur les causes profondes de la pauvreté et du sous-développement. Cependant, un financement est nécessaire pour répondre aux besoins humanitaires non couverts afin de mettre en œuvre des actions de développement innovantes et intégrées, en particulier dans le grand Sud », rapporte madame Ursulla Mueller. En effet, une stratégie gouvernementale de développement est déjà développée pour le grand Sud. Cependant, sans une action à l’échelle mondiale pour lutter contre le changement climatique, Madagascar continuera à faire face à des inondations, des sécheresses, dont l’intensité sera de plus en plus grande. Le Premier Ministre Ntsay Christian, quant à lui, a souligné l’importance de la conservation des ressources naturelles afin de lutter contre le changement climatique et de favoriser le développement.  A titre d’information, cette année marque la quarantième année de partenariat du FIDA et du Gouvernement malagasy. A ce jour, cette institution spécialisée des Nations unies investit plus de 430 millions de dollars en matière de développement agricole à Madagascar. Elle élabore en ce moment un nouveau programme de partenariat, en appui avec la mise en œuvre du plan Emergence de Madagascar pour réduire la pauvreté.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Aviation - Air Austral, principale fossoyeuse d'Air Madagascar
  • Chaînes publiques nationales - Acquisition de nouveaux matériels
  • Emigration à Dubaï - 9 et 7 ans d'emprisonnement pour des frère et sœur
  • Désengorgement des prisons - Début des audiences foraines à partir du 21 octobre
  • Projet Tanamasoandro - Des mercenaires sabotent
  • Tanamasoandro - Des députés défendent le projet
  • Agression meurtrière par « Za gasy » - Soupçons de subornation de témoin et de corruption
  • « Anti-Tana Masoandro » - Condamner la Capitale à être une commune semi-rurale ?
  • Fuite de sujets du baccalauréat 2019 - 19 personnes incarcérées dans tout Madagascar
  • Assemblée nationale - Vers la libération des deux députés incarcérés

La Une

Editorial

  • IEM prime
    Ambohitrimanjaka déferle des vagues ! Des mouvements de contestation ou des éléments téléguidés perturbent. Le démarrage du grand Projet de la construction de la nouvelle ville « Tana Masoandro » dérange quelque part. On dénonce, dit-on, les remblais surtout ceux qui touchent les rizicultures. Mais, qu'on se le dise ! A priori, leur souci semble tenir debout dans la mesure où il s'agit de « toucher » à leur raison de vivre et peut-être aux intérêts des environs immédiats. Mais de là à refuser « jusqu'au bout » la concrétisation d'un Projet qui servira aux intérêts de la grande majorité, le comportement fait réfléchir.

A bout portant

AutoDiff