Publié dans Economie

5eme revue de la FEC - Une nouvelle structure à la pompe, une étape essentielle

Publié le lundi, 10 juin 2019

La mise en œuvre de la cinquième revue de la Facilité élargie de crédit (FEC) se termine en juillet. Les membres de la mission du Fonds monétaire international (FMI) ont alors apporté les résultats obtenus par les autorités en fin décembre 2018. « Les résultats sont satisfaisants jusqu'en fin 2018 et devraient rester sur la bonne voie cette année. Les autorités ont respecté tous les critères de performance pour la fin de 2018 malgré un manque à gagner dans la collecte de recette antérieure. Les services du Fonds monétaire international ont reconnu l'engagement des autorités dans le cadre de la Politique générale de l'Etat.

La Banque centrale a accumulé en un temps record un niveau supérieur de réserve de change. Les autorités ont bien progressé dans les réformes structurelles. Cependant, des retards d'ajustement des prix de carburant à la pompe ont entraîné une augmentation des passifs envers les distributeurs » relate Charalambos Tsangarides, chef de mission du FMI. L'établissement d'une nouvelle structure de carburant s'avère alors être une étape essentielle avant de régler les passifs existants avec les distributeurs. Afin d'éviter la récurrence des arriérés envers  les distributeurs à l'avenir, le service du FMI ont encouragé les autorités à adopter un mécanisme de tarification qui aligne le prix à la pompe sur les coûts. En parallèle, cette nouvelle disposition prend en considération les mesures sociales ciblées pour protéger les plus vulnérables de l'impact éventuel de l'ajustement de prix.

Un arrêté ministériel prêt pour adoption

En très bonne voie avec les pétroliers. Les négociations se poursuivent. Une nouvelle structure de prix sera bientôt proposée puisqu'un arrêté ministériel est déjà en cours.

« Vous savez très bien la détermination du Président de la République et du Gouvernement pour qu'un accord soit véritablement acté dans les meilleurs délais. Cela va se faire très bientôt. Un arrêté au niveau du ministère de l'Energie est déjà prêt pour adoption. C'est juste une question de jour. Nous devons baisser bien entendu le prix du carburant puisque c'est un aspect important. Nous essayons  en même temps de voir la manière de régler une bonne fois pour toutes ces arriérés avec les pétroliers » rapporte Richard Randriamandrato, ministre de l'Economie et des Finances. Toutefois,  les membres du FMI ont favorablement salué l'engagement des autorités dans le cadre de la Politique générale de l'Etat pour accélérer les réformes économiques, améliorer la gouvernance et anticiper la lutte contre la pauvreté par le biais des programmes soutenus par la FEC. La loi de finances rectificative récemment adoptée améliore la qualité de dépense avec plus d'espaces budgétaires alloués aux dépenses en infrastructure, en santé et en éducation.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Culture à grande échelle dans le Bas-Mangoky - Ni vente ni location de terrains aux Arabes
  • Dirigeants de Communes - Le mari et l’épouse, élus maires !
  • Elections communales et municipales - 32 Communes à réorganiser
  • Medias - Le grand Franck Raharison n'est plus
  • Autosuffisance alimentaire - Objectif atteint plus tôt que prévu
  • Reboisement national - Le plus important à faire
  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate

Editorial

  • La dernière chance !
    A deux pas de la ligne de marquage signalant l’arrêt obligatoire du « check point » pour le contrôle systématique, nous, en tant que « sentinelle » du pays, tenons  solennellement et avec tous les respects d’usage à aviser le « Contrôleur » sur certains points à ne jamais passer de travers ni sous-estimer. Selon certaine presse privée, le contrôle et évaluation des membres du Gouvernement aurait été déjà bouclé. Si de telle information est avérée, il reste au locataire du Palais de prendre la décision finale. Selon la Constitution, l’initiative au remaniement et le dernier mot relatif aux nominations des membres du Gouvernement appartiennent au Chef de l’Etat. Les heureux admis pourront continuer le chemin avec lui, tandis que les recalés resteront à quai. Sur ce point, il n’y a pas de complaisance. Ou bien les résultats durant les douze mois de test témoignent le signe du positif, concluant, alors vous avez réussi. Ou au…

A bout portant

AutoDiff