Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Economie

Président Andry Rajoelina au Carlton - Un grand mariage de développement avec la BAD

Publié le mardi, 02 juillet 2019

Une coopération de longue date. La Banque africaine de développement (BAD) a soutenu Madagascar depuis 1977. Dans le cadre de cette coopération, la Grande île accueille en ce moment la quinzième réunion de restitution du Fonds africain pour le Développement (FAD) au Carlton, Anosy. Lors de la cérémonie d’ouverture, le Président Andry Rajoelina a affirmé sa volonté de poursuivre sa collaboration avec la BAD afin d’atteindre l’émergence économique du pays. « Nous partageons les mêmes ambitions de mettre le continent africain sur les rails de l’émergence. D’ailleurs, les priorités de la BAD coïncident parfaitement avec la Politique générale de l’Etat mis en place afin de traduire notre vision en action à travers notre stratégie d’émergence. Grâce aux aides de la FAD, nous pourrons assurer l’avancement concret de nos projets d’infrastructures et de développement humain prévu par le plan Emergence Madagascar. Nous amorçons une nouvelle ère dans la vie socio-économique de notre pays puisque nous démarrons une série de réformes nécessaires, relatives à la transformation profonde de la manière de gouverner à Madagascar. Pour cela, nous comptons sur la BAD dont nous sommes membres et aussi sur le soutien des pays contributeurs dont les représentants ici présents »,

dixit le Président de la République de Madagascar. En effet, Madagascar a obtenu du financement de grands projets grâce au FAD, notamment les deux projets hydroélectriques Sahofika et Volobe. Depuis 59 ans, Madagascar vivait avec 400 MWh de production électrique. Pourtant, le prix de l’énergie dans le pays s’avère être le plus cher en Afrique. En ce moment, le Gouvernement ambitionne de doubler ou de tripler la capacité de production d’énergie tout en divisant par deux ou par trois le coût de l’énergie. La BAD a également aidé le pays dans la réhabilitation de la RN9 et la RN10, mais aussi dans le système d’irrigation au Bas Mangoky qui s’étend sur 6 500 ha. Aujourd’hui, le rendement de cette surface rizicole a triplé, en passant de deux tonnes à six tonnes par hectares. Les revenus agricoles ont ainsi augmenté de 141 %. A noter que cette réunion de restitution s’achève ce jour. Les agents plénipotentiaires du FAD prononceront ainsi les sommes versées dans ce guichet de la BAD pour les trois années à venir.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement
  • Retour au pays des Barea - La population reconnaissante réserve un accueil triomphal
  • Défaite des Barea - Réaction exemplaire des malagasy
  • Un père désespéré - A la reconquête de ses droits

La Une

Editorial

  • Que des ratages !
     L’audiovisuel public peine à sortir de l’auberge. Etant la plus ancienne sinon l’ainée des chaines de télévisions locales, la télévision malagasy (TVM) traine encore les pattes et se trouve, en dépit de tout, dans le peloton de la queue. Il fut un temps à ses débuts,  des années 60, où la TVM faisait la fierté du pays. Des Jean-Louis Rafidy et bien d’autres animaient les émissions avec brio. Des commentateurs d’évènements de haut vol avec des analyses intéressantes et instructives. Rien d’étonnant dans la mesure où ces animateurs de chaine avaient bénéficié des formations dans les grandes écoles spécialisées sous d’autres cieux. Les responsables de l’époque misaient en premier plan la formation des agents. Mais depuis, abandonnée à elle-même, la TVM ne cesse de dégrader. Les matériels à la disposition ne parviennent plus à suivre l’évolution des progrès technologiques de la communication. Or les besoins ne cessent de croître. Les…

A bout portant

AutoDiff