Publié dans Economie

Fonds mondial - La transparence s’impose dans la gestion des subventions

Publié le mercredi, 17 juillet 2019

76, 785 millions de dollars. Tel est le montant de la subvention octroyé par le Fonds mondial pour mettre fin aux épidémies notamment le SIDA, la tuberculose et le paludisme. Mais cette ressource  financière importante exige une bonne gestion pour qu’elle ait un impact direct sur la population. Ainsi, l’Instance de coordination nationale des subventions du Fonds mondial (CCM) a organisé une session de partage sur la lutte contre la corruption et la fraude durant la journée d’hier. La formation s’est déroulée au sein du ministère de l’Economie et du Plan à Anosy.

« Nous avons fait appel à Transparency International pour renforcer les capacités des membres de la CCM. Cette formation permet ainsi d’atteindre une meilleure pratique de gestion et de gouvernance des subventions. Même si le Fonds Mondial a déjà établi des règles strictes concernant les codes éthiques dans toutes ses opérations, nous considérons toujours les risques de corruption durant la mise en œuvre des activités », explique Randriamiandrisoa Edelin, président de la CCM.

En effet, l’absence des résultats conduit les bailleurs de fonds à geler leur financement. « Dans le secteur de la santé, la corruption est une question de vie ou de mort, notamment pour les personnes pauvres touchées par le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme. Faute de moyens financiers,  les patients ont souvent des difficultés pour accéder aux soins de santé. En effet, dans le cas où il y a des pots-de-vin, des détournements de fonds ou du favoritisme, les personnes vulnérables sont poussées à vendre leurs biens pour pouvoir se soigner, ce qui accentue encore leur pauvreté. En plus de cela, l’épidémie s’aggrave si les moyens de traitement acquis à travers ces subventions ne sont pas parvenus aux bénéficiaires prévus. Dans ce cas, l’accès aux services vitaux sera interrompu et les bailleurs de fonds gèleront leur financement », souligne Ketakandriana Rafitoson. A noter que ces subventions s’avèrent non remboursables. En marge de la formation, Transparency International a lancé un guide anti-corruption et anti-fraude concernant uniquement le domaine de la santé.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Modification de la loi sur les PAC - Le Gouvernement éclaircit
  • Général Charles Rabotoarison - Un des grands serviteurs de l’Etat tire sa révérence
  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier
  • Réouverture des frontières européennes - Les ressortissants malagasy écartés !
  • Restitution des îles Malagasy - Vers le renforcement de la revendication

La Une

Editorial

  • Péril en interne
    Au niveau où nous en sommes, à Antananarivo (Analamanga), on n'est plus au stade de la menace mais d'un péril en la demeure. Le reptile au venin létal se trouve … dedans ! Bref, le virus du Covid-19 « investit » la ville, par extension la Région. Depuis une quinzaine de jours, on assiste dans la Capitale à la recrudescence du nombre des cas contaminés du nouveau coronavirus et le bilan des décès grimpe dangereusement. Jusqu'à hier mercredi 2 juillet, le bilan journalier annoncé par le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, porte-parole officielle du CCO du Covid-19 d'Ivato, fait état des chiffres alarmants de 2 403 cas testés positifs dont 100 pour la journée d'hier, 24 décès dont 2 hier et 1 040 guéris dont 34 hier.  

A bout portant

AutoDiff