Publié dans Economie

Fonds mondial - La transparence s’impose dans la gestion des subventions

Publié le mercredi, 17 juillet 2019

76, 785 millions de dollars. Tel est le montant de la subvention octroyé par le Fonds mondial pour mettre fin aux épidémies notamment le SIDA, la tuberculose et le paludisme. Mais cette ressource  financière importante exige une bonne gestion pour qu’elle ait un impact direct sur la population. Ainsi, l’Instance de coordination nationale des subventions du Fonds mondial (CCM) a organisé une session de partage sur la lutte contre la corruption et la fraude durant la journée d’hier. La formation s’est déroulée au sein du ministère de l’Economie et du Plan à Anosy.

« Nous avons fait appel à Transparency International pour renforcer les capacités des membres de la CCM. Cette formation permet ainsi d’atteindre une meilleure pratique de gestion et de gouvernance des subventions. Même si le Fonds Mondial a déjà établi des règles strictes concernant les codes éthiques dans toutes ses opérations, nous considérons toujours les risques de corruption durant la mise en œuvre des activités », explique Randriamiandrisoa Edelin, président de la CCM.

En effet, l’absence des résultats conduit les bailleurs de fonds à geler leur financement. « Dans le secteur de la santé, la corruption est une question de vie ou de mort, notamment pour les personnes pauvres touchées par le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme. Faute de moyens financiers,  les patients ont souvent des difficultés pour accéder aux soins de santé. En effet, dans le cas où il y a des pots-de-vin, des détournements de fonds ou du favoritisme, les personnes vulnérables sont poussées à vendre leurs biens pour pouvoir se soigner, ce qui accentue encore leur pauvreté. En plus de cela, l’épidémie s’aggrave si les moyens de traitement acquis à travers ces subventions ne sont pas parvenus aux bénéficiaires prévus. Dans ce cas, l’accès aux services vitaux sera interrompu et les bailleurs de fonds gèleront leur financement », souligne Ketakandriana Rafitoson. A noter que ces subventions s’avèrent non remboursables. En marge de la formation, Transparency International a lancé un guide anti-corruption et anti-fraude concernant uniquement le domaine de la santé.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff