Publié dans Economie

Téléphone portable à Madagascar - 3 millions d’appareils clandestins utilisés

Publié le jeudi, 01 août 2019

Obsolètes. Depuis le mois de janvier 2018, l’importation et la vente de téléphones  avec un code IMEI invalide sont interdites, selon l’arrêté n°890/2018. Cette mesure a notamment été prise afin de protéger les utilisateurs d’éventuels problèmes causés par ces produits contrefaits, plus particulièrement ceux qui peuvent nuire leur état de santé. En plus de l’importation et de la vente, l’utilisation des ces produits hors normes est également interdite, depuis le mois de juin dernier. « Toutefois, malgré ces interdictions, on continue de vendre ces produits contrefaits » se désole Laurent Richard Rakotomalala, directeur général de l’Autorité de régulation des technologies de communication (ARTEC), hier, dans ses locaux, à Ivandry. Selon les chiffres fournis par l’ARTEC, sur plus de 10 millions d’abonnés ayant accès au réseau mobile, fourni par les quatre opérateurs dans le pays, les 3 millions utilisent des téléphones clandestins. En effet, le code IMEI équivaut à une carte d’identité mais spécifique aux téléphones. Un téléphone sans IMEI valide est comme une personne sans papiers. « Nous avons déjà tous les détails concernant ces téléphones. Quelques-uns se trouvent dans la Capitale. Mais la grande majorité se localise dans les banlieues reculées et les villages éloignés du pays. Ils continuent d’avoir accès au réseau mobile, mais pour une durée déterminée. Il ne faut pas oublier que la durée de vie de ces téléphones est limitée en comparaison aux téléphones aux IMEI valides », précise le Dg de l’ARTEC.


Régime libre
A Madagascar, la vente de téléphones, de smartphones ou de tablettes est régie par un régime libre. De ce fait, tout le monde peut vendre un téléphone. « Il suffit juste que l’opérateur dépose une demande d’importation auprès du module MIDAC. Toutefois, avant de lui octroyer une autorisation, nous demandons tous les codes IMEI des téléphones qu’ils veulent importer pour pouvoir vérifier leur validité. Après, c’est le vendeur qui est responsable au cas où quelque chose ne va pas selon les normes », explique Laurent Richard Rakotomalala. Malgré ces modalités imposées aux importateurs et les contrôles, des téléphones arrivent quand même à entrer illégalement sur le territoire. Ainsi, l’ARTEC et l’administration douanière travaillent conjointement dans le contrôle a posteriori de tous les vendeurs de téléphones présents dans le pays. D’un autre côté, la vérification des téléphones apportés par les particuliers reste un peu floue. Effectivement, jusque-là, aucune vérification d’adresse IMEI ou autre ne se fait à l’aéroport d’Ivato. Afin de vérifier que votre portable est valide, il suffit de taper *#06#  et votre code apparaîtra.
Rova Randria

Fil infos

  • Kidnapping et blanchiment - Lex et consorts condamnés à 15 ans de réclusion criminelle
  • Restitution des îles malagasy de l’océan Indien - Rajoelina et Ratsiraka main dans la main !
  • Fleury Rakotomalala et Fanirisoa Ernaivo - Leurs dérives hystériques plombent l'aile de l'opposition
  • Communication médiatisée - Les députés votent la loi à l'unanimité
  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs
  • Voiture administrative et location de l'Hôtel de ville - Les bourdes des dirigeants dénoncées !
  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !

La Une

Editorial

  • Non-évènement !
    Deux rigolos du microcosme politique local se rencontrent quelque part sous d’autres cieux. Deux personnages du genre énergumène ayant quelques points en commun trament ailleurs sous prétexte, dit-on, de dénoncer des fraudes électorales. Ils sont tous deux d’anciens Chefs d’Etat, et d’un. Ils ont fini chacun leur mandat en queue de poisson. En bref, des « indésirables » dans leur propre pays. De connivence avec quelques individus de la même « espèce », ils fomentent la pagaille ailleurs pour déstabiliser voire même renverser le régime en place. En réalité, leur manigance ne rime à rien. Etant des rejetés sinon des recalés pas plus lourds que le poids d’un brin de cheveu,  Ravalomanana Marc et Rajaonarimampianina Hery, car il s’agit d’eux, des « poids plumes », ne pèsent pas trop pour pouvoir renverser la tendance. Leurs gesticulations ne méritent même pas qu’on y prête attention. C’est un non-évènement ! Seulement, des observateurs avertis et pointilleux s’accordent à déduire…

A bout portant

AutoDiff