Publié dans Economie

Fiscalité - 13 millions de personnes ne paient pas d’impôt

Publié le vendredi, 02 août 2019

Du pain sur la planche. Le ministère de l’Economie et des Finances, par le biais de l’Unité de politique fiscale, a organisé hier une journée de la politique fiscale. Une conférence-débat à l’Hôtel du Louvre, Antaninarenina a ainsi réuni toutes les parties prenantes. Dans le contexte actuel de Madagascar, le taux de pression fiscale reste faible par rapports aux autres pays de l’Afrique subsaharienne. Ce taux s’élève à 12 % alors que le taux moyen gravite autour de 18,78 % dans les autres pays. Un défi s’annonce alors pour la Direction générale des impôts afin d’atteindre l’émergence économique. En parallèle, les membres de la société civile proposent de venir en aide aux couches vulnérables œuvrant souvent dans le secteur informel. « Madagascar totalise 13 millions de contribuables potentiels. Malheureusement, 52,7 % de la population se trouvent encore dans une situation d’extrême pauvreté. L’Etat doit alors les protéger et les soutenir à travers le renforcement de leurs activités dès aujourd’hui pour qu’ils deviennent des vrais contribuables demain. Cela se fait à travers la mise en place des transferts sociaux. Ils seront ensuite productifs d’ici deux ou trois ans », avance Hony Radert, représentante de la société civile durant son intervention.


Incivisme
 Les contribuables restent réticents à s’acquitter de leurs impôts. « Bâtir un système fiscal efficace est facile à dire qu’à faire. Il faut transformer les mentalités », avance Zafivanona Ernest Lainkana, directeur général de la Douane. Une éducation fiscale s’avère alors nécessaire afin de bannir ce comportement. « Nous sensibilisons déjà la population pour solliciter leur contribution. Mais à vrai dire, cette action doit s’appliquer dès le plus jeune âge. Ainsi, une fois adultes, les enfants paient automatiquement leurs impôts », explique Germain, directeur général des impôts.  Une grande tâche reste encore à faire. A titre d’information, l’Etat prévoit d’atteindre 5 805 milliards d’ariary de recettes dont 12,3 % proviennent des recettes fiscales. « Certes, il nous reste encore des progrès important à accomplir et nous sommes conscients que la tâche sera ardue en devant mobiliser le maximum de ressources publiques, tout en développant un cadre et un climat économique propices. Toutefois, c’est avec assurance que les échanges avancés permettront d’enrichir d’une manière efficace la politique fiscale de notre pays », conclut Andriamanga Herivelo, directeur général du Trésor lors de son discours de clôture.

Fil infos

  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !
  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90

La Une

Editorial

  • Face-à-face mitigé
    La Session ordinaire des deux Chambres du Parlement bat son plein. Comme le stipule le texte fondamental, la première session se consacre essentiellement à l’examen et à l’adoption de la Loi de finances rectificative (LFR) de l’exercice budgétaire en cours et aux présentations des rapports d’activité de l’Exécutif devant le Parlement avec en toile de fond dominant le traditionnel face-à-face qui, au fil du temps, se transforme en « bras de fer » mettant aux prises élus du peuple et membres du Gouvernement.  

A bout portant

AutoDiff