Publié dans Economie

Secteur aurifère - Les scellages s’enchaînent

Publié le lundi, 05 août 2019

Les scellages continuent. Après la Région de Betsiboka, la délégation du ministère des Mines et des Ressources stratégiques enchaîne avec celle de Diana. Effectivement, dans la Commune rurale de Betsiaka, plus précisément à 32 km de la ville d’Ambilobe, l’exploitation aurifère n’a aucune retombée sur les riverains, encore moins sur l’économie du pays ou les caisses de l’Etat malagasy. Pourtant, l’exploitation de Betsiaka date déjà de plusieurs décennies. « Ce genre de situation est inacceptable. Chaque acteur devra se conformer aux normes imposées à toute exploitation minière. La formalisation de ses activités reste la seule garantie de ses profits. Ce premier contrôle servira d’avertissement. Nous allons poursuivre nos actions afin de lutter contre le pillage des ressources minières dans les localités abritant des exploitations. Ainsi, les richesses enfouies dans notre sous-sol contribueront au réel développement de notre pays », a soutenu Fidiniavo Ravokatra, ministre des Mines et des Ressources stratégiques, le week-end dernier, au cours de ses échanges avec les opérateurs présents sur les lieux.


Suspendus
 En tout cas, ces descentes marquent la fin de la gabegie prédominante depuis des années et l’assainissement de la filière « or » à Madagascar. Comme l’a notifié le ministre à Betsiboka, « cette visite a pour but de sensibiliser tous les exploitants à entrer dans le secteur formel. Tout le monde doit détenir une carte d’orpailleur pour formaliser ses activités. Par conséquent, le secteur aurifère sera mieux contrôlé et les produits seront traçables ». En tout cas, outre la formalisation, le ministère a procédé au scellage des outils de travail des exploitants hors-normes dans la Région. Les exploitations dans les Fokontany d’Ankatôko, Marogadra et Andrafialava ont alors été arrêtées et les engins scellés. « Les principaux motifs sont notamment l’irrégularité des permis d’exploitation et environnementaux ou encore l’absence du cahier des charges.  Pour le cas d’Andrafialava, la délégation, accompagnée de la Police des mines, a constaté la détention et l’utilisation des explosifs par les exploitants sur le site », détaille le ministre. Les mesures de ce genre seront renforcées pour éviter que les opérateurs informels continuent de n’en faire qu’à leur tête.
Rova Randria

Fil infos

  • Violence économique, viol conjugal, outrage sexiste - Les victimes désormais protégées
  • Immeubles R+4 à Ivato - Le Président Rajoelina pose les premières pierres
  • Trésor public malagasy - L’ancien DG emporté par l’affaire Audi A6
  • Violences basées sur le genre - L’avenir des victimes entre les mains des députés
  • Kidnapping et blanchiment - Lex et consorts condamnés à 15 ans de réclusion criminelle
  • Restitution des îles malagasy de l’océan Indien - Rajoelina et Ratsiraka main dans la main !
  • Fleury Rakotomalala et Fanirisoa Ernaivo - Leurs dérives hystériques plombent l'aile de l'opposition
  • Communication médiatisée - Les députés votent la loi à l'unanimité
  • Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix
  • Un coup d'Etat en gestation - La France comme base arrière des comploteurs

La Une

Editorial

  • Tana-Masoandro, enjeux et défis
    Quelque peu éclipsée par les élections du 27 novembre et les démarches incontournables relatives à la « récupération » des îles éparses, les « îles Malagasy », la construction de la Ville nouvelle « Tana-Masoandro » passe tant soit peu sous silence. Non pas parce qu'elle est reléguée au second plan mais on ne peut ou ne doit pas courir sur deux lièvres à la fois, il a fallu organiser et mettre de l'ordre dans la mise en marche des actions. Un minimum que les dirigeants doivent être capables d'agencer.  

A bout portant

AutoDiff