Publié dans Economie

Loi de Finances - Une croissance économique de 6% prévue en 2020

Publié le jeudi, 08 août 2019

Une réforme en vue.  Le ministère de l’Economie  et des Finances (MEF) concocte déjà actuellement la loi de Finances pour l’année prochaine. L’institution a alors organisé une conférence budgétaire pour la Région d’Analamanga, hier, à Anosy. Si le taux de croissance économique est prévu à 5,2% cette année, une perspective plus positive s’annonce pour 2020. Le numéro un du département, Richard Randriamandrato prévoit une croissance économique à 6% pour l’année prochaine.  « Les réformes sont au rendez –vous dans cette loi de Finances. Le Gouvernement ambitionne un taux de croissance économique de 6%. Nous allons atteindre cet objectif en améliorant plusieurs domaines notamment dans l’augmentation de l’assiette fiscale. Le Gouvernement fera aussi en sorte que toutes les redevances et ristournes entrent dans la caisse de l’Etat. Dans cette loi de Finances 2020, l’Etat accorde une attention particulière au secteur privé. A noter que le ministère a déjà appliqué des réformes cette année comme le raccourcissement de la durée de passation des marchés publics, le zéro tolérance en matière de corruption et bien d’autres encore», annonce le ministre.


Décentralisation  émergente
Toutes les idées sont les bienvenues. La décentralisation émergente s’appuie sur la responsabilité accrue de chacun. C’est pourquoi, le ministère consulte toutes les parties prenantes dans l’élaboration de la loi de Finances 2020. « L’administration publique entre dans une nouvelle ère. Nous ajustons maintenant la production administrative en fonction des besoins des citoyens et de la société. Auparavant, l’Exécutif centralise toutes les décisions. Désormais, nous procédons à une consultation de toutes les parties prenantes car le budget de l’Etat est l’affaire de tous. Ainsi, cette conférence réunit les maires, les députés, les sénateurs, les membres de la société civile ainsi que le secteur privé. C’est également la raison pour laquelle cette conférence fera le tour des Régions. Chaque coin de l’île possède sa spécificité. Aujourd’hui, nous nous focalisons uniquement sur le cas de l’Analamanga », poursuit le ministre. Le Gouvernement améliore ainsi l’efficacité de l’Etat en adaptant mieux l’offre de services publics aux besoins des usagers. Les unités administratives décentralisées sont alors dotées de ressources de gestion et de pouvoir décisionnel nécessaire. A titre d’information, cette loi de Finances 2020 devra être élaborée au mois d’octobre de cette année.
 Solange Heriniaina

Fil infos

  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va
  • Ambohimangakely - Un Sprinter volé à deux doigts d’un démontage…
  • Session extraordinaire du Parlement - Accent mis sur les intérêts nationaux
  • Scandales de détournement - Quid des anciens ministres impliqués ?
  • Toamasina - Quand une rumeur provoque une mini-émeute

Editorial

  • Enfin, du changement !
    Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

A bout portant

AutoDiff