Publié dans Economie

Rapratriement de ressources naturelles - Le manque de budget ralentit les démarches

Publié le vendredi, 16 août 2019

Cher payé. Avant-hier, le ministère de l’Environnement et du Développement durable ont rapatrié des Comores 222 tortues radiées. Les démarches de rapatriement ont commencé au mois de décembre 2018, et c’est seulement ce mois-ci que les autorités ont réussi à tout régler. « Ce retard résulte surtout du manque de budget, plus particulièrement au niveau des frais de transport. En effet, il a fallu envoyer aux Comores des boîtes spécifiques pour pouvoir rapatrier ces animaux au pays. Un aller-retour augmentant le coût de transport, surtout que le coût de fret varie selon le poids des colis.

A l’aller, les boîtes ont donc pesé 35 kg mais au retour, leur poids a été multiplié par 8, soit 270 kg. Heureusement, un point d’entente avec la compagnie aérienne nationale a été trouvé avec quelques mois de négociation, sinon le délai d’attente se serait encore étendu », a expliqué Herilala de TSA Madagascar, contacté hier au téléphone. « Cette collaboration a surtout été faite pour faciliter le retour au pays de toutes nos ressources naturelles. Nous savons à quel point cela est important pour notre image mais aussi pour notre économie », soutient un responsable au niveau d’Air Madagascar.

Dépenses supplémentaires  

En tout cas, les frais de transport ne sont pas la seule dépense exorbitante à prendre en compte. « Rien que pour les démarches administratives aux Comores sur les questions de transit, de vétérinaire mais aussi de services douaniers et bien d’autres, nous avons dépensé près de 1 300 euros, soit près de 5 240 000 ariary. Il y a également les dépenses liées aux matériels et aux équipements d’une valeur de 1 500 000 d’ariary », précise TSA Madagascar. Il ne faut pas oublier que ce rapatriement n’est encore qu’une infime partie du travail à faire pour ramener ces animaux dans leur habitat naturel. Pourtant, bon nombre d’espèces endémiques sont encore éparpillées dans certaines parties du monde. Pour le cas des tortues radiées par exemple, des espèces restent encore à rapatrier des Comores, de tout l’océan Indien et même de l’Asie. « Tout le monde doit prendre conscience de la valeur de nos ressources naturelles, et pourquoi nous devons les protéger. Sinon, les trafics illicites continueront. Cependant, les moyens pour les rapatrier ensuite sont encore limités. Par conséquent, notre pays en sort toujours perdant », conclut un défenseur de l’environnement.

Rova Randria

Fil infos

  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90
  • Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent
  • Gouvernement vs députés - Des sujets brûlants sur la table
  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle

La Une

Editorial

  • Pire récession
    Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.  

A bout portant

AutoDiff