Publié dans Economie

Adduction d’eau - Un budget triplé pour plus de résultats

Publié le jeudi, 22 août 2019

De 20 milliards d’ariary à 56 milliards d’ariary. Actuellement, la Capitale n’est pas la seule à avoir des problèmes d’approvisionnement en eau, mais tout le pays. « Le principal problème est notamment la vétusté des infrastructures ainsi que l’absence d’investissements dans le secteur depuis des décennies. Au fil des années, les infrastructures n’ont pas évolué avec la forte croissance démographique. Par conséquent, elles n’arrivent plus à satisfaire les besoins des usagers. Et cela s’intensifie durant la saison sèche »,  explique Vonjy Andriamanga, ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures.

En tout cas, avec cette augmentation de budget, les autorités concernées pourront investir dans l’amélioration des infrastructures y afférentes. De ce fait, ces investissements ne concerneront pas seulement la Capitale mais plus d’une vingtaine de villes dans les quatre coins du pays. Elles feront l’objet d’amélioration et de renforcement de la production avec les forages ainsi que la construction de stations de traitement. L’objectif étant qu’en 2021, plus aucun des 119 chefs-lieux de District n’aura de problème d’alimentation en eau.

En cours de finition

Pour l’instant, ce sont les travaux d’urgence  engagés par le ministère qui sont en cours de finition. Effectivement, pour la région Est de la Capitale, les travaux de la station d’Amoronakona devront se terminer à la fin du mois. « La station devra être opérationnelle à partir du 10 septembre prochain avec une production de 100m3/heure », détaillent les responsables. Cette station devra notamment couvrir les besoins des utilisateurs du côté d’Ambohimahitsy. Au même rang, les forages sur la partie Ouest de la ville devront également se finir en même temps. Reste à équiper et à opérationnaliser chaque forage réalisé. En tout, il y en a six. Pour les régions Nord, Nord-ouest et Sud, les travaux de construction débuteront à partir de lundi prochain, pour se terminer à la fin du mois de septembre. Tout comme celle d’Amoronakona, chaque station devra produire 100m3 par heure par zone.

En tout cas, mises à part ces solutions d’urgence, en 2020, cinq stations de production conteneurisées seront mises en place afin de renforcer la production d’eau. Elles s’implanteront notamment à Ampasika, à Tanjombato mais aussi à  Sabotsy-Namehana et Ankadimbahoaka.

Rova Randria

Fil infos

  • Période de pré-remaniement - Ambiance malsaine dans l’air
  • Saisine de la HCC par le Sénat - Des sénateurs fustigent Rivo Rakotovao
  • Mairie d’Antananarivo - Les dix ennemis de Naina Andriantsitohaina
  • Fonction publique - 23 437 agents de l’Etat dans une situation délicate
  • Rencontres multiples avec le président de la CENI - Démenti du Chef de l’Etat
  • Gestion de la Commune urbaine d'Antananarivo - La Fermeté du maire souhaitée par les Tananariviens
  • Ny Rado Rafalimanana - Le cynique mystificateur est de retour
  • Postes de haut responsable - L’Etat veut créer sa base de données
  • Rivo Rakotovao - L’hypocrisie à son summum !
  • Loi sur les violences basées sur le genre - Feu vert de la Haute Cour constitutionnelle

La Une

Editorial

  • Défi titanesque
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina donnera demain 19 janvier le coup d’envoi du reboisement national d’une envergure pharaonique jamais atteinte depuis 1960. Un travail de titan dont l’objectif vise à mettre en terre 19 millions de plants à travers tout le pays. Madagasikara doit, à la fin du premier mandat de l’actuel Président, retrouver son espace national recouvert d’arbres comme ce fut le cas auparavant. Il s’agit d’une priorité vitale pour le pays. Jadis une Ile verte avant d’être surnommée ironiquement  « l’Ile rouge » suite à la disparition inquiétante de la forêt, Madagasikara doit impérieusement retrouver son identité naturelle. Selon « Global Forest Watch », en 2017, Madagasikara est classé 4ème pays en termes de déforestation, et ce, avec 510.000 ha détruits en une année. Dans le même ordre d’idée, un rapport datant de septembre 2019 fait état d’une remarque sans appel selon quoi la déforestation à Madagasikara se trouve parmi les…

A bout portant

AutoDiff