Publié dans Economie

Transport aérien - Une mauvaise influence d’Air Austral sur Air Madagascar

Publié le lundi, 09 septembre 2019

Un partenaire pas si stratégique que cela ! Des nombreux usagers de la compagnie aérienne réunionnaise, Air Austral, se plaignent actuellement des tarifs exorbitants qu’elle applique sur ses différents services. Et cela dure depuis plusieurs mois. Des manifestations ont déjà été organisées en juin dernier à la Réunion mais également à Mayotte. Et récemment, une pétition en ligne a été lancée. Pourtant, le statu quo persiste. « Déjà que cette compagnie monopolise le marché du transport aérien, elle applique également des tarifs abusifs. 

Certaines familles prenant le vol Air Austral, composées respectivement de deux adultes et deux enfants, dépensent près de 3 000 à 5 000 euros, selon la période, pour un seul voyage aller reliant La Réunion-Madagascar, que ce soit à destination d’Antananarivo ou de Nosy Be » dénonce notre source. Ces prix font notamment grogner les usagers surtout que ces tarifs sont bien plus chers que ceux du vol à destination de la France. Pourtant, la durée du voyage est loin d’être compétitive, avec une heure et demie à deux heures pour La Réunion-Madagascar ou La Réunion-Mayotte et plus de dix heures pour le vol Saint-Denis - Paris.

Cette pratique abusive commence vraiment à déteindre sur la compagnie aérienne nationale, Air Madagascar et sa filiale Tsaradia. « Effectivement, pour ces compagnies aériennes, les prix sont très élevés, plus particulièrement pour la desserte de certaines régions de la Grande île. De ce fait, voyager en avion n’est pas donné à tout le monde », se désole une source près de l’affaire. Les victimes sont en effet de plus en plus nombreuses. A force de persister, ce phénomène finit par impacter l’économie du pays, notamment le secteur touristique.

Attaques internes

Selon les informations reçues, la compagnie Air Austral ne se limiterait pas à cette mauvaise influence sur les tarifs d’Air Madagascar et de Tsaradia. « Un opérateur utilise actuellement ses réseaux d’influence pour attaquer les concessions gérées par Ravinala Airports. Actionnaire de Mascaraigne Développement à hauteur de 15% avec des dirigeants d’Air Austral, il utilise tous les arguments et les parties prenantes contre Ravinala Airports, sûrement pour défendre ses actions. Il ne faut pas oublier qu’à partir de l’année prochaine, Ravinala Airports compte bien faire venir

de nouvelles compagnies aériennes dans le pays, ce qui n’est pas bon du tout pour Air Austral », confie notre source. En tout cas, jusque-là, l’entrée de la compagnie réunionnaise dans le capital d’Air Madagascar n’a encore pas changé grand chose en deux ans. Pourtant, la période de redressement du plan « Alefa 2023 » est prévue se terminer l’année prochaine. Et les deux compagnies sont toujours dans le rouge.

La Rédaction

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff