Publié dans Economie

Marché public - Réformes complètes dans le traitement des dossiers

Publié le vendredi, 04 octobre 2019

Rapide comme le train à grande vitesse. Après avoir mis en place un guichet unique des marchés publics le 27 août dernier à Antsahavola, la Commission nationale des marchés  (CNM) entame des réformes complètes en matière de traitement des dossiers. En effet, le ministère de l’Economie et des Finances a adopté l’arrêté 20442 MEF du 17 septembre 2019 fixant les modalités de contrôle a priori et a posteriori de la CNM. Un communiqué au grand public a été publié mardi dernier dans le site officiel du ministère. Dans ce cadre réglementaire, le ministère de tutelle supprime les cadences de réception des dossiers en procédant à une réception journalière.

Les six exemplaires de dossiers à déposer à la CNM sont remplacés par un exemplaire physique, accompagné d’un exemplaire  électronique. Le ministère procède ainsi à la dématérialisation des papiers. Dorénavant, il est possible d’envoyer les dossiers par e-mail. « Ces réformes accélèrent le traitement des dossiers et évitent le déplacement physique. Mais cela ne signifie pas pour autant que ce mode de traitement brûle les étapes. Toutes les procédures restent les mêmes. Désormais, les dossiers sont disponibles au niveau de chaque ministère après un délai de 24 heures. Ce traitement accéléré n’exclut cependant pas, s’il le faut, la vérification de l’authenticité des dossiers qui sont soumis aux contrôles. Ainsi, en cas de doute, la Commission des marchés se réserve le droit de procéder à des vérifications en dehors de l’entité », explique Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison, présidente de la Commission nationale des marchés.

Ces réformes sont étroitement liées à la mise en œuvre des Programmes d’investissement public (PIP). D’autant plus que le Gouvernement actuel alloue 60 % du budget aux projets d’infrastructures, il est ainsi important d’exécuter dans les plus brefs délais tous les projets pour qu’ils aient des impacts directs sur la vie de la population. Auparavant, Madagascar n’arrivait pas à utiliser de manière optimale les financements octroyés par les bailleurs de fonds. Pourtant, l’exercice comptable du Gouvernement sera clôturé au mois de décembre.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Toamasina - Le « Bazary be » théâtre d'un incendie spectaculaire
  • Lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme - La Grande île obtient le soutien financier de Bill Gates
  • Gestion des affaires nationales - La société civile Rohy à côté de la plaque
  • Libéralisation fibre optique - Le ministre des Télécommunications campe sur ses positions
  • Gouvernance - Le Plan régional de Boeny appliqué à la base
  • Polémique autour du projet « Tana Masoandro » - Quand le remblayage sert l’intérêt général
  • Sahasinaka - 2 enfants tués, 34 personnes blessées dans l’embardée d’un Sprinter
  • Fuite de sujets - Le directeur de l’office sous contrôle judiciaire, un enseignant MD
  • Président Andry Rajoelina à Lyon - « Pas de développement sans système de santé efficace »
  • Culture du privilège - Le mauvais exemple de certains enseignants-chercheurs pointé du doigt

La Une

Editorial

  • Soixante-et-un ans !
    Ce jour du 14 octobre, la République Malagasy a soixante-et-un ans. En effet, le 14 octobre 1958, la République malgache est née. Une étape voulue par l'Elysée avant d'octroyer l'indépendance. Il fallait attendre deux années après (1960) pour que le Général de Gaule se décide à le faire. Le Congrès des Assemblées provinciales réuni au lycée Gallieni (Andohalo Antananarivo) approuva par 208 voix pour, zéro contre, 26 abstentions et 6 portés absents l'instauration de la République à Madagascar. Zafimahova, celui qui a présidé la séance, annonça solennellement dans un tonnerre d'applaudissements la « nouvelle » ce jour du 14 octobre 1958 à 10 h 50 tapante (source Wikipédia) tout en restant dans la grande famille de la Communauté française.  

A bout portant

AutoDiff