Publié dans Economie

MEDEF International - « L'environnement des affaires à Madagascar s'est stabilisé »

Publié le lundi, 07 octobre 2019

Une visite de prospection. Une délégation de trente entreprises françaises, organisée par MEDEF International est actuellement à Madagascar, à la recherche des opportunités d'investissement mais aussi de partenariat sur le long terme à Madagascar. Ainsi, hier, cette délégation a rencontré le Chef de l'Etat, Andry Rajoelina, au Palais d'Iavoloha. Effectivement, quelques semaines après son élection, le Président a présenté la Politique générale de l'Etat (PGE) énonçant ses priorités dans les secteurs de l'énergie, de la santé mais aussi de l'agriculture et de l'industrialisation, sans oublier le domaine du tourisme.

« Tous les domaines intéressent nos entreprises, allant de la construction à l'assainissement, mais aussi le domaine du numérique. Comme dans tous les autres pays où nous sommes déjà présents, nous voulons investir sur le long terme à Madagascar. Pour cela, nous demandons le renforcement du cadre juridique dans le pays. Il ne faut pas oublier que les entreprises ne peuvent récupérer leurs investissements qu'après plusieurs années », a soutenu Momar Nguer, président du Comité Afrique de MEDEF International et chef de la délégation, hier, après son entretien avec le Président de la République et ses collaborateurs.

Cadre juridique

Effectivement, les entreprises, membres de la délégation, représentent un large éventail de secteurs comme l'énergie, les services urbains, les infrastructures et transports, le numérique et les télécommunications, ainsi que la santé et les services financiers. « En tout cas, le Président de la République nous a déjà promis de voir de près la question juridique, mais aussi la lutte contre la corruption dans le but de favoriser et de faciliter l'installation de nos entreprises dans le pays. En plus, les sociétés françaises déjà présentes à Madagascar ont affirmé que l'environnement des affaires à Madagascar s'est déjà stabilisé. Les actions du Gouvernement actuel sont en marche, ce qui rassure nos investisseurs », rajoute le chef de la délégation de MEDEF International à Madagascar. A noter que cette visite de MEDEF International a surtout pour objectif d'échanger avec les autorités locales concernant le projet de réformes, et cela afin de renforcer l'attractivité de Madagascar et les relations économiques entre les deux pays.

Pour précision, MEDEF (Mouvement des entreprises de France) est la principale organisation des employeurs en France avec près de 173 000 membres et représentant plus de 10 millions de salariés. Créé en 1989, MEDEF International a donc pour objectif de représenter le MEDEF dans le monde afin de renforcer la position des entreprises françaises au niveau international, et cela à travers des actions collectives, principalement dans les pays émergents et en voie de développement comme Madagascar.

Rova Randria

Fil infos

  • Pandémie de coronavirus - Un millier de Malagasy coincés à l’étranger
  • Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »
  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !

La Une

Editorial

  • En berne !
    Le mois de juin pointe son nez et coupe la poire en deux. Ce mois en cours termine le premier semestre et d’ici peu, on entamera les six derniers mois de l’année. Juin, c’est le mois de l’année où l’enchantement et la liesse populaire se mettent au rendez-vous. Le mois où l’on enregistre le maximum de jours de « fête » que composent les 365 de l’année. Mais dommage, cette fois-ci tout doit se passer en demi teint. On sera privé des jouissances traditionnelles. En cause, le terrible Covid-19 qui nous étreint au point de mettre en berne le joli mois.Tout commence par une fête religieuse, le lundi de Pentecôte qui, cette année, a eu lieu le 1 juin. Normalement, c’est le jour où la petite famille qui, pour profiter des jours fériés de la Pentecôte, s’évade dans la nature et savoure l’air pur de la campagne. Malheureusement, Covid-19 nous impose, à…

A bout portant

AutoDiff