Publié dans Economie

Salon international des transports, de la logistique et de la manutention - Quatre routes maritimes identifiées

Publié le jeudi, 14 novembre 2019

5 000 km de côtes. Madagascar est une île, toutefois, elle n’arrive pas à exploiter à bon escient tous les avantages. Ainsi, pour le développement du transport maritime à Madagascar, le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie a identifié quatre routes. « La route de la vanille pour relier Antsiranana à Vohémar, la route des baleines à bosse reliant Maroantsetra à Toamasina en passant par Mananara, Soanierana Ivongo, Sainte Marie et Foulpointe, la route des épices reliant Toamasina, Vatomandry, Mahanoro ainsi que Nosy Varika et Mananjary et la dernière, la route des baobabs qui reliera Mahajanga, Soalala, Besalampy, Tambohorano et Maintirano » énumère Joël Randriamandranto, ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie ; avant d’ajouter que « la création de ces routes maritimes entraînera par conséquent le développement des infrastructures portuaires pour ne citer qu'Antsiranana et Vohémar, dont les procédures de passation de marché sont en cours pour la recherche de partenariat ».

Le ministère souhaite que ces routes ne se limitent pas seulement aux transports de marchandises mais aussi aux transports de voyageurs. Ainsi, il envisage que des ferries puissent assurer ces voyages en mer, et faciliter le déplacement de région en région. Pour le cas du canal des Pangalanes, la liaison Toamasina-Mananjary sera navigable dès le début de l’année prochaine, et la liaison s’étendant jusqu’à Farafangana au courant de deuxième semestre.

Priorisation

De l’aérien au ferroviaire, en passant par les transports maritimes et fluviaux sans oublier les transports terrestres. Pour cette toute première édition du Salon international des transports, de la logistique et de la manutention, aucun domaine du transport n’a été mis de côté. Et le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie l’a bien démontré tout au long de son discours d’ouverture, hier, à la Zone Forello Expo Tanjombato. Il a, en effet, dressé la liste de ce qui a été fait et de ce qui est à faire, et ce, pour toutes les filières concernées. En tout cas, pour ce salon, les objectifs sont clairs : « regrouper tous les acteurs dans un seul endroit, favoriser les échanges et les discussions tendant vers le développement de la filière mais aussi montrer aux usagers les offres dont le pays dispose et dévoiler les dernières innovations en matière de transports », a précisé le ministre. Cette priorisation se remarquera alors tout au long des différentes conférences présentées.  

Rova Randria

Fil infos

  • Adoption de la loi sur la communication - « C’est l’aboutissement d’un long combat », dixit Lalatiana Rakotondrazafy A.
  • Remède injectable contre le Covid-19 - Coup d’envoi des essais cliniques à Andohatapenaka
  • Pharmalagasy - Une capacité de 15 000 unités de gélules CVO+ par minute
  • Loi de Finances rectificative 2020 - Le Sénat veut récupérer « ses » 7 milliards Ar
  • Président Andry Rajoelina - « Je suis toujours là avec les Malagasy »
  • Un millier de Malagasy bloqués à l'étranger - L'Etat attend l'opportunité pour les rapatrier
  • Réouverture des frontières européennes - Les ressortissants malagasy écartés !
  • Restitution des îles Malagasy - Vers le renforcement de la revendication
  • Combat  pour les îles malagasy - Les pays de la SADC derrière Madagascar
  • Cas asymptomatiques du Covid-19 - Le traitement à domicile désormais autorisé

La Une

Editorial

  • Un grand pas !
    Neil Amstrong, sur la lune, s’exclamait dans un enthousiasme vivant et plein d’émotions quand il a pu réaliser son premier pas « Un petit pas sur la lune mais un grand pas pour l’humanité ! » La SADC (Communauté de développement de l’Afrique australe) prend fait et acte la requête de Madagasikara pour la restitution des îles Malagasy (Eparses) au sein du territoire de la République Malagasy. Notons que Madagasikara fait partie de fait et de droit de l’Organisation sous-régionale pour le compte de l’Afrique australe. Une organisation que l’ONU et l’UA dictent dans le processus de développement et du règlement des conflits  dans cette région. Conformément au principe de subsidiarité, cher aux instances supérieures onusiennes et africaines, l’ONU et l’Union africaine ne peuvent pas traiter directement les problèmes ou autres des pays africains sans passer par la structure de la sous-région et vice-versa aucun pays ne doit pas s’adresser directement à l’ONU…

A bout portant

AutoDiff