Publié dans Economie

Croissance économique - Madagascar en expansion

Publié le jeudi, 13 février 2020

Tous les cinq ans, la Banque mondiale présente un mémorandum économique de Madagascar. Cette année, l’événement s’est tenu, hier, au siège de l’institution financière à Anosy, en la présence de Richard Randriamandrato, ministre de l’Economie et des Finances ainsi que tous les acteurs économiques à Madagascar. Le rapport offre une perspective encourageante étant donné que l’économie malagasy est en expansion. «C’est peut être l’une des périodes les plus longues que la grande île a connu une croissance avec une moyenne de 5%.  

La reprise soutenue de la croissance économique au cours des six dernières années, conjuguée au transfert constitutionnel du pouvoir suite aux élections présidentielles de 2018-2019, offre une base solide pour inverser le déclin économique que Madagascar a connu par le passé, comme en témoigne la baisse tendancielle du Produit intérieur brut (PIB) par habitant et la stagnation du niveau de pauvreté» avance Marie-Chantal Uwanyiligira, représentante de la Banque mondiale à Madagascar.

Quatre axes

Malgré cette vision très positive du futur, la Banque mondiale reconnait que ce taux de croissance de 5% ne pourra pas sortir Madagascar de son cercle de pauvreté. L’institution propose alors l’exploitation de quatre axes prioritaires à savoir la concurrence sur le marché, l’accroissement de la productivité rizicole, le renforcement du capital humain et l’amélioration de la connectivité, l’accès à l’énergie et aux services digitaux. Des points, qui, selon le ministre de l’Economie et des Finances, figurent déjà dans le Plan émergence de Madagascar (PEM). « Il faut savoir tirer des leçons du passé. Nous savons maintenant ce qu’il faut faire. Toutes ces recommandations sont déjà dans le PEM. Tout est déjà écrit. On lancera officiellement le document au plus tard le début du mois de mars », souligne Richard Randriamandrato. Le numéro un du département accentue dans son discours que nous sommes encore dans une croissance de rattrapage en mettant l’accent sur les réformes. L’objectif étant d’atteindre un taux de croissance de 7% en 2023.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Roland Ratsiraka - La manœuvre machiavélique d’un politicien déchu
  • Coronavirus - Les législations autorisent des prises d'initiatives locales  
  • Appel de Andry Rajoelina à Toamasina - « Si chacun prend ses responsabilités, nous maîtriserons cette épidémie »
  • Covid-19 - Pas de cadavres ramassés à Toamasina
  • Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90
  • Rétrocession des îles Eparses aux Malagasy - Que l'Union africaine et la SADC se manifestent
  • Gouvernement vs députés - Des sujets brûlants sur la table
  • Education nationale - Des parents roulent pour un arrêt total des cours
  • Malhonnêteté avérée - Un perdant aux dernières présidentielles trainé en Justice
  • Rivo Rakotovao et consorts - A bout de souffle

La Une

Editorial

  • Pire récession
    Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.  

A bout portant

AutoDiff