Publié dans Editorial

Pire récession

Publié le mercredi, 27 mai 2020

Tous les observateurs et analystes, économistes notamment, se rejoignent à un constat selon lequel le monde se dirige inexorablement vers la pire récession économique qu’il n’a jamais vu ni connu du moins ces cent dernières années. En 1929, une terrible crise assénait … mortellement la toute puissante économie américaine. Wall Street, le centre névralgique de la finance mondiale flanchait. Ce fut la panique générale au pays de l’Oncle Sam. Les ondes de choc atteignirent l’Occident. En 2008, une grave crise financière frappa  les grandes places financières de l’Europe auxquelles les ondes « telluriques » touchèrent l’outre-Atlantique.

 

Mais selon les économistes les plus pointus,  ni la Grande Dépression de 1929 et celle de la pire récession de 2008 n’ont pas atteint le niveau de destruction que les pires conséquences de la pandémie du nouveau coronavirus, Covid-19.

Au stade où nous sommes, l’économie américaine, étant la première dans le domaine au monde, chancelle, due aux effets délétères de ce terrible virus qui tue, sans autre forme de procès et sans distinction de couleur ni de religion ni de rang social alors que la pandémie n’a pas encore dit son dernier mot. De même la puissante économie de l’Europe surtout occidentale (l’Italie, l’Espagne, la France et l’Angleterre) suffoque et s’agenouille pour les mêmes effets du coronavirus. Le confinement, passage obligé pour juguler au plus vite la pandémie, un raccourci inévitable pour tout le monde, coupe dans tous les sens et sape à la base le fondement de l’économie mondiale. Du coup, les pays riches se sont rendus compte de la précarité et vulnérabilité de leur système.

L’Afrique subsaharienne, traditionnellement appelée Afrique noire, en dépit qu’elle résiste tant bien que mal aux effets nuisibles du Covid-19, paie un lourd tribut. Oxfam, cet Institut de notoriété et de référence internationale en termes d’analyses axées essentiellement sur l’économie et les interactions entre Etats ou instances dispensatrices de crédit, monte au créneau. Les économistes d’Oxfam pointent du doigt la nébuleuse intention des pays riches de vouloir maintenir sous leur joug les pays pauvres. Ils regrettent ouvertement que G20 au lieu de supprimer tout court le service de la dette des pays pauvres l’a seulement suspendu. D’autant plus que les prêts aux privés ne font pas partie de ce « geste ». Ainsi, l’offre de générosité du G20 soulage la tourmente des pays pauvres  d’Afrique dont Madagascar mais ne résout point le fond du problème. Il y a toujours quelque part une volonté des pays riches à maintenir les pauvres sous leur emprise.

Madagasikara, avec deux mois et demi de confinement, entre inévitablement dans une pire récession. Tous les indices virent au rouge pour ne dire au … noir. Tous les secteurs de l’économie, du tourisme au textile en passant par les industries de production ayant un lien direct ou indirect aux exportations et importations passent à la trappe. Le tourisme, en particulier, ainsi que toutes les branches d’activité rattachées sont à sec. La fermeture totale du ciel malagasy ne peut être que fatale pour les opérateurs évoluant à l’intérieur de ce secteur stratégiquement porteur.

Comme certains veulent le faire entendre, les dirigeants du pays ne sont pas du tout indifférents à la tourmente des opérateurs malagasy. Ils cherchent les voies et moyens pour contourner cette pire récession.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère

La Une

Editorial

  • CVO, qu'on se le dise !
    Des voix s'élèvent en Côte d'Ivoire, pays de l'Afrique occidentale, région subsaharienne, pour dénoncer l'efficacité du Covid-Organics (CVO) tout en balançant des propos injurieux, frisant la calomnie, à l'endroit du Chef de l'Etat malagasy Rajoelina Andry Nirina.  

A bout portant

AutoDiff