Publié dans Editorial

Enième débordement

Publié le jeudi, 28 février 2019

Les étudiants de l'Ecole supérieure polytechnique d'Antananarivo (ESPA) de Vontovorona bloquèrent la route reliant cette localité à d'autres dont la Capitale ce lundi 25 février. Pour cause, la révision à la hausse du frais de loyer de leurs logements. Du coup, les travailleurs et les élèves devant rejoindre leur travail ont été injustement empêchés. Prise en otage, pour la énième fois par le caprice de ces « princes délurés », la population se sent impuissante. Leur esprit dévergondé les amène à des conduites souvent irresponsables voire osées, eux que l'on considère  des « futures élites » de la Nation. Et la situation dégénère.

Jusqu'à quand ces étudiants « gâtés » iraient-ils mener en bateau le peuple, tout simplement, pour le plaisir de leur saute d'humeur ? Jusqu'où prendraient-ils en otage la vie des autres ? Certes, les étudiants avaient beaucoup contribué à l'aboutissement des différents mouvements de contestations populaires ayant permis à déloger certains dirigeants se croyant indéboulonnables. Des tout puissants Philibert Tsiranana, Didier Ratsiraka ou Marc Ravalomanana ont payé de leur trône grâce aux participations actives et déterminées des étudiants. Sous d'autres cieux, les contestations estudiantines finissaient souvent par la chute de grands Chefs d'Etat. En France, le mouvement des étudiants en mai 68 parvint à chasser du pouvoir le légendaire Général de Gaule. Un héros national de la guerre que la France devait, à tout moment, rendre hommage.

Mais est-ce une raison majeure et suffisante pour bloquer le processus de la vie quotidienne des autres, à chaque fois que les petits intérêts soient, semble-t-il, menacés ! Quel est ce malin plaisir de prendre en otage la vie des concitoyens dès qu'on touche le moindre avantage ? Les divers avantages que nos petits princes gâtés gagnent sur le dos du peuple ne leur suffisent pas ! Logements à prix dérisoires, des bourses d'étude offertes à tous, de l'enseignement gratuit dispensé par d'éminents enseignants. Bref, d'énormes privilèges que d'autres malchanceux n'osent même pas espérer, encore moins, rêver ! En effet, les étudiants fréquentant les établissements d'enseignement supérieur privés, non seulement, ils payent des frais d'étude qui leur coûtent les yeux de la tête mais au terme de leurs études, ils ne savent même pas si leurs diplômes seraient reconnus ou non au niveau des autorités universitaires et par la Fonction publique. En tout cas, la plupart d'entre eux se font arnaquer bêtement. Parents et contribuables ont dû se plier en quatre pour pouvoir subvenir à leurs études. Or, la grande majorité de nos étudiants quittent l'université sans avoir pu finir comme il se doit leurs études, sans diplômes. Beaucoup ont épuisé, sèchement, leurs chances de redoublement ou triplement et par conséquent doivent quitter le lieu. Mais, ils continuent à squatter les logements au grand dam de nouveaux étudiants qui débarquent tous les ans.

Depuis que l'Etat décidait, par pure démagogie, d'allouer une bourse automatique à chaque étudiant que les choses se gâtent. Les bénéficiaires n'ont cessé de réclamer en sus et font preuve de mauvaise conscience. Des débordements à répétition qui, au final, font mal au pays. Notons qu'avant, les bourses n'ont été offertes qu'aux étudiants méritants (orphelins ou autres) et ce avec présentation obligatoire d'une carte d'assiduité  et de meilleurs résultats.

La Nation ne mérite plus de ce énième débordement.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Pandémie de coronavirus - Un millier de Malagasy coincés à l’étranger
  • Professeur Henri Rasamoelina - « Laisser un patrimoine à l’abandon enlève son caractère sacré »
  • Barrière sanitaire de Vakinankaratra - Les accompagnateurs du député de Betroka refoulés
  • Rovan’Antananarivo - 300 000 à 500 000 visiteurs attendus par an
  • Restitution des îles malagasy - Appel à la consolidation de la solidarité nationale
  • Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »
  • Débat autour du Kianja Masoandro - Un bol d’air frais pour la France
  • Analanjirofo - Décès du chef de Région par intérim
  • Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !
  • Ministère de l’Education nationale - 8 milliards d’ariary dépensés pour l’achat … de bonbons !

La Une

Editorial

  • En berne !
    Le mois de juin pointe son nez et coupe la poire en deux. Ce mois en cours termine le premier semestre et d’ici peu, on entamera les six derniers mois de l’année. Juin, c’est le mois de l’année où l’enchantement et la liesse populaire se mettent au rendez-vous. Le mois où l’on enregistre le maximum de jours de « fête » que composent les 365 de l’année. Mais dommage, cette fois-ci tout doit se passer en demi teint. On sera privé des jouissances traditionnelles. En cause, le terrible Covid-19 qui nous étreint au point de mettre en berne le joli mois.Tout commence par une fête religieuse, le lundi de Pentecôte qui, cette année, a eu lieu le 1 juin. Normalement, c’est le jour où la petite famille qui, pour profiter des jours fériés de la Pentecôte, s’évade dans la nature et savoure l’air pur de la campagne. Malheureusement, Covid-19 nous impose, à…

A bout portant

AutoDiff