Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Editorial

Délicate manœuvre

Publié le mardi, 05 mars 2019

Si la formation du Gouvernement II de Ntsay Christian a pu avoir lieu sans trop de remous ni fracas, l’approche des étapes suivantes, à savoir la mise sur pied du gouvernorat pour les 23 Régions et le montage des listes des candidats en vue des législatives du 25 mai s’avère compliquée. Etant entendu la pluralité, la diversité et surtout la quantité, en genre et en nombre, des personnalités ou des associations ou des formations politiques ayant manifesté leur soutien à l’endroit du candidat n° 13 lors des élections présidentielles du premier et du second tour, Rajoelina Andry Nirina, l’heureux gagnant, doit faire appel à l’intelligence, à la sagesse et à la fermeté afin de pouvoir éviter les pièges tendus et trancher net face à des cas complexes. Il est du domaine de l’utopie de parvenir à satisfaire « tout le monde ». D’autant que les postes à pourvoir, très limités en nombre, nécessitent des qualités morales et techniques appropriées. Pas de copinage ni de népotisme.

La nomination des gouverneurs de Région tarde à venir si ce n’est déjà le cas, à ce jour du mercredi, durant le Conseil des ministres hebdomadaire. Destinés à des postes stratégiques de premier ordre, le choix des gouverneurs impose au Chef de l’Etat l’établissement des critères subtils et stricts. Etant donné la délicatesse de la démarche, il lui faut user de toutes les compétences tactiques pour ne pas froisser les uns ni attiser les susceptibilités des autres. La présence effective des gouverneurs de Région sur terrains, des éléments-clés sinon les fers de lance dans la mise en œuvre du programme prévu dans l’IEM, reflète la volonté déterminée du régime à traduire en actes les Velirano.

A l’approche de la mise sur pied de la nouvelle Assemblée nationale, la tension monte d’un cran. Il y a de l’électricité dans l’air. La confection des listes de candidats requiert des attentions particulières dans la mesure où la moindre erreur impactera sur l’avenir du régime. Pour le camp du pouvoir, la nécessité d’instaurer une majorité stable, bien assise, au sein du Parlement, en particulier, à la Chambre basse ne se négocie point. Le parti MAPAR/TGV qui a proposé la candidature du Président élu, Rajoelina Andry, tient entre ses mains la carte maitresse sur table et sur terrain. Quelle que  soit la configuration arithmétique du schéma à Tsimbazaza, il doit, obligatoirement, obtenir la majorité numérique des sièges. Certes, le parti présidentiel ne pourrait prétendre se suffire à lui-même et faire cavalier seul à l’Assemblée nationale. Dans la vie communautaire et la lutte commune, on a toujours besoin des autres, petits ou grands.

Le Président et son état-major de décision, face à l’enjeu de taille, se doivent de bien veiller, et ce, pour déjouer toute tentative de faire capoter à la réussite de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar. La responsabilité de séparer l’ivraie du grain incombe entièrement aux dirigeants à tous les niveaux des instances de direction. A chacun de bien détecter les faux et ne pas transiger à les écarter, à temps.

Il appartient, en dernier ressort, au Président Rajoelina de trancher. Il a haute main de la décision sur les propositions que les proches collaborateurs vont lui soumettre. C’est une délicate manœuvre mais gageons qu’il en aura la compétence voulue.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Assemblée nationale - Les membres du Bureau permanent connus
  • Exécutif - Démission du Gouvernement ce jour
  • Dans sa fuite précipitée - Henri Rabary-Njaka a laissé des dettes au pays
  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement

Editorial

  • De bons auspices
    Le régime IEM part d’un bon pied ! Sous une bonne étoile, Rajoelina semble débuter son pouvoir à la magistrature suprême du pays dans un cadre encourageant. Les signaux affichés sur le tableau de commande sont au vert pour ne pas le dire « à l’orange ». Tout commença par une élection présidentielle sans anicroche ni la moindre escarmouche. Une élection crédible et reconnue par …tous. Les deux finalistes, Rajoelina et Ravalomanana, après la proclamation des résultats définitifs par la HCC, se sont donné la main. Avec un score honorable et sans appel de 55,66 %, Andry Rajoelina gagna, haut la main, le scrutin. Et donc, une alternance par la voie royale des urnes et où la démocratie jouit de son plein droit. « Zandry Kely » se débarrassa définitivement de l’étoffe de « putschiste » qu’on lui avait taxé injustement depuis la Révolution Orange de 2009.  

A bout portant

AutoDiff