Publié dans Editorial

Quelle liberté ?

Publié le vendredi, 03 mai 2019

Quid de la liberté de presse ! Le monde consacra dans la journée d'hier 3 mai 2019 la célébration de la « Journée internationale de la liberté de la presse ». Mais, quelle liberté s'agit-elle exactement ? La Déclaration Universelle des Droits de l'homme adoptée en Assemblée Générale des Nations Unies en 1948, par 58 Etats à Paris au Palais Chaillot stipule en Préambule, paragraphe 2 : « …les êtres humains seront libres de parler… ». Dans l'Article 1 : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits … », Art 2. 1 : « Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans cette Déclaration …, liberté d'opinion politique, … ». Quelques extraits jetant les bases fondamentales de la liberté d'expression et par extension la liberté de la presse qu'il fallait à juste titre mettre en exergue. Dans cette lutte par le biais de l'IEM contre tous les maux qui sévissent le pays, quelle liberté de la presse entendons-nous ?

Evidemment, il est difficile d'en délimiter le contour exact. La liberté « sauvage » ! Aucune restriction ni balise dans l'exercice du métier de journaliste où tout le monde peut faire prévaloir le titre ! On peut tout dire ou tout publier sans avoir eu la moindre preuve ou sans avoir pris la peine de faire un minimum de recoupement. Une liberté qui n'est régie d'aucun Code de conduite. Donc, c'est l'anarchie totale !  Sans ambages, il faut avouer qu'une telle liberté tue la liberté et assassine la démocratie. Une liberté « réglementée » ou « dirigée ». Dans les pays dits « socialistes » ou bien « pays progressistes », les dirigeants ont la mauvaise tendance de … réguler la liberté de la presse. Dans ces pays rétrogrades, la liberté de la presse est un danger public qu'il faudrait embrigader sinon endiguer. Chaque année, « reporters sans frontières » regrette de constater dans ces pays qu'il existe des cas de tortures ou intimidations voire d'emprisonnement dont sont victimes les journalistes. On y confectionne un Code communication médiatisée taillé sur mesures aux intérêts vitaux  du régime. Heureusement, Madagascar vient de se libérer du joug de ce genre de Code. La liberté de presse « responsable » ! Une liberté qui respecte les fondements de la Déclaration universelle des droits de l'homme, en particulier, celle relative à la liberté de parole et d'opinion politique tout en respectant la liberté des autres et également les lois en vigueur dans le pays. Lesquelles lois obéissant au principe des droits fondamentaux de l'homme et dont l'objectif consiste à épanouir la dignité de l'homme et l'éthique du métier. L'IEM garantit la liberté d'expression, et cela, en conformité avec la Constitution. En effet, dans le Préambule de la Constitution, paragraphe 8.2 il est question du « respect et la protection des libertés et droits fondamentaux » consolidé par l'Art. 6 alinéa  2 « Tous les individus sont égaux en droit et jouissent des mêmes libertés fondamentales… ».  Au final, quelle liberté de la presse avions-nous besoin ? Une liberté qui sert les intérêts basiques de la Nation conformément aux fondamentaux de la Déclaration universelle des droits de l'homme et la loi fondamentale du pays.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Tagnamaro - Une belle économie pour la caisse publique
  • Politique Générale de l’Etat - Un milliard d’ariary pour chaque région
  • SPAT Toamasina - Le DG victime de dénigrements
  • Trafic de bois précieux - Les parlementaires avertis !
  • Ravalomanana en défenseur de l’opposition - Mémoire courte, mea culpa ou hypocrisie ?
  • Alana Cutland - Le corps toujours à la morgue de l’HJRA
  • Titre de chef de l’opposition - Insistance gênante de Marc Ravalomanana
  • Gendarmerie Sofia vs Gendarmerie Alaotra-Mangoro - Casse-tête chinois sur l’affaire des 450 zébus
  • Programme national « Fihariana » - Les entrepreneurs du Vakinankaratra à l’honneur !
  • Hery Vaovaon’i Madagasikara - Un petit tour et puis s’en va

La Une

Editorial

  • Vivement aux urnes
    La date du scrutin des Communales et des Municipales est enfin publiée ! Sur proposition de la CENI, en début de semaine, le Gouvernement décida de convoquer les électeurs aux élections des maires et les conseillers municipaux ou communaux pour le 27 novembre 2019. Ainsi, le Conseil du Gouvernement mit fin à une attente qui n’a que trop duré.  Le décret portant convocation des électeurs fait état aussi du calendrier du processus électoral. La date d’ouverture du dépôt de candidature auprès de l’Organe de vérification et d’enregistrement de candidatures (OVEC) débute le jeudi 29 août prochain, et cela, jusqu’au 12 septembre. La CENI et ses démembrements auront jusqu’au 28 septembre, soit 60 jours avant le scrutin, pour fixer la liste définitive des « concurrents » ainsi que la fixation des bureaux de vote. Après quoi la campagne électorale pourra démarrer, et cela, à partir du 5 novembre à 6 h du matin jusqu’au…

A bout portant

AutoDiff