Publié dans Editorial

Pègre !

Publié le mardi, 14 mai 2019

Le pays s'apprête à élire les députés de la deuxième mandature de l'Assemblée nationale (AN) prévue pour le 27 mai 2019. La première cuvée du Parlement siégeant à Tsimbazaza prit fin le mois de février dernier. On est en pleine campagne pour le renouvellement des membres de cette auguste Assemblée (AN). Selon la Constitution dans l'Art. 68 du Sous-Titre II du Législatif, il est stipulé que l'Assemblée nationale (avec le Sénat) « vote la loi et contrôle l'action du Gouvernement. Il évalue les politiques publiques. » Pour ainsi conclure que l'AN tient un rôle de premier plan dans la mise en œuvre de la Politique générale de l'Etat et par extension de la Nation toute entière. Les députés élus auront donc la lourde tâche de « donner le feu vert » à l'Exécutif afin de traduire en actes le programme adopté. Ainsi, appelés à agir en parfaite symbiose avec le Gouvernement, les députés ont une  grande part de responsabilité dans le développement du pays. C'est  tout l'enjeu de ce scrutin en vue.

 

Malheureusement, au vu de la  dernière Assemblée qui venait de s'achever, on était loin, très loin du compte de la prestation requise de ses membres. Le tandem entre le Gouvernement et le Parlement « brillait » par la médiocrité et la turpitude.

Tout commença en 2014, en tout début du mandat du premier président de la République de la IVème République. En effet le HVM, le parti du nouveau maître d'Iavoloha, n'ayant aucun député élu à l'AN fit l'impossible sinon l'ignoble pour « séduire » certains élus et cela pour composer et monter de toute pièce une majorité favorable à sa cause. Par la magie des espèces sonnantes et trébuchantes, Rajaonarimampianina réussit à faire nommer au bout de trois longs mois un Premier ministre à sa guise. Durant toute la durée de la mandature, des députés enrôlés dans ce factice de majorité se faisaient servir en mallettes ou parfois en tablettes à chaque fois que des projets de loi, à adopter, de taille soient en jeu. Et le Palais de l'Assemblée nationale, le temple de la démocratie et de la souveraineté, fut vite réduit en repaire des « fauves » et des « prédateurs ». L'antre ou l'abri des « animaux sauvages » et des « bêtes féroces ». Bref, une pègre c'est-à-dire un milieu de rencontre des voleurs et des truands. Au final, les bourdes répétées du régime HVM et les saloperies sans frein de la majorité des élus sont telles que les députés revendiquant le statut d'opposition qui ne pouvaient plus se taire devant ces absurdités innommables faisaient éclater leur courroux. Ils dénonçaient sur la place publique les comportements honteux de leurs pairs au Palais, et ce, au moment où l'on devait de adopter des projets de loi organique relative au régime général des élections et référendum. Les « 77 députés pour le changement » saisirent le BIANCO aux fins de procéder à des enquêtes en l'encontre de certains députés pris en flagrant délit de corruption au Paon d'Or (Ivato). Des images irréfutables circulèrent à travers des réseaux sociaux montrant leurs méfaits.

Et voilà nous sommes en plein dans le processus de renouvellement des membres de cette Assemblée. Pourrait-on espérer que de telle connerie se répète plus ?

Ndrianaivo

Fil infos

  • Communales à Tana - « Iarivo Mandroso » vote pour Naina Andriantsitohaina
  • De la Région d’Itasy à la DIANA - Un week – end marathon pour le Président
  • Nouveau gouverneur de la Banque centrale - La consolidation des réserves d’or en priorité
  • Andry Rajoelina sur les îles éparses - « L’intérêt du pays passe avant les divergences politiques »
  • Environnement et corruption - Les évêques s’alarment
  • Traite de personnes vers l’Arabie Saoudite - Une passeuse condamnée à 5 ans d’emprisonnement
  • Problèmes de la JIRAMA - “Je prendrai mes responsabilités”, affirme le Chef d’Etat
  • Stade de Mahamasina - La réhabilitation incontournable !
  • Détournement de deniers publics - Liberté provisoire refusée pour Claudine Razaimamonjy et le maire d’Ambohimahamasina
  • Revendication des îles éparses - La cohésion nationale, condition primordiale du succès

Editorial

  • Quid de la Haute Cour de Justice !
    Cinq ans après ou presque de la date butoir de son entrée en fonction, la Haute Cour de Justice (HCJ) n’est pas encore opérationnelle. Un retard flagrant et voulu par un régime, en particulier son chef, qui n’avait pas du tout l’intérêt à son opérationnalité. La Constitution, votée le 17 novembre 2010 et proclamée le 11 décembre de la même année mettant en place la 4ème République, prévoit dans le titre IV l’existence et le fonctionnement de la HCJ. La première Constitution malagasy donnant naissance à la Première République datait de 1959 qui prendra fin à l’élection d’une nouvelle Constitution en 1975, date du début de la Deuxième République qui sera, elle aussi, balayée par la naissance de la Troisième République en raison d’une nouvelle Constitution votée en 1992. Elle s’achèvera en 2010. Le Président de la République Rajaonarimampianina Hery faillit, en 2015, abandonner le siège doré d’Iavoloha en raison…

A bout portant

AutoDiff