Publié dans Editorial

Déficit de l’éducation

Publié le jeudi, 13 juin 2019

Vendredi dernier, sur la route du by-pass, un bélier fou, un taxi-be de marque Sprinter  fonçait sur  des tierces personnes faisant au moins trois victimes mortelles et une vingtaine de blessés graves parmi les passagers lourdement touchés par le choc sans parler des dégâts matériels importants. Du sang a coulé partout ! Pire, le chauffard criminel profitant de la confusion, sur place, disparait dans la nature. Ces derniers temps, le phénomène de délit de fuite se généralise.  Plus inquiétant encore  par le fait que le triste phénomène se constate aussi ailleurs sous d’autres cieux, dans les pays supposés  être en avance dans plusieurs domaines, pays dits « développés ». En France, pas plus tard que dimanche 9 juin, un jeune chauffard de 20 ans, accompagné d’une jeune passagère fauchait à mort deux enfants à Lorient (Bretagne). Après l’odieux exploit, l’assassin en question prit la fuite. Ce qui ramène aux observateurs de s’interroger « est-ce l’air du temps ? » Le déficit de responsabilité ou la démission de la raison aurait-il pris le devant de la scène pour que le comportement des hommes de notre temps « déraille » complètement ? Il est souvent dit que « l’exemple vient d’en haut ! » Cet adage populaire tend à se vérifier dans la mesure où nombre de dirigeants, en particulier ceux des pays dits « en développement » pour ne pas le dire « pauvres », errent dans les terrains vagues de l’idiotie et d’énormités innommables. Pour ne citer que le cas de Madagascar, les barons aux cravates bleues de l’ancien régime HVM qui vient juste de chuter, brillaient par leurs bêtises dévastatrices. Corruptions, détournements de biens publics, malversations financières, gaspillages et pillages des richesses naturelles … endémiques, autant d’actes irresponsables et nuisibles aux intérêts supérieurs de la Nation auxquels les ex-tenants du pouvoir ont fait subir au pays. Un déficit de responsabilité, une démission de la raison et un déni total de conscience dont les impacts auprès des administrés ne peuvent être autrement que négatifs voire délétères.


Dans cette ambiance d’errements au niveau de l’étage supérieur du pouvoir influe directement ou systématiquement aux structures d’autorité hiérarchiquement inférieures. Les différents aspects de déficit dûment exposés en haut atteint certains détenteurs de pouvoir civils ou militaires pour atterrir aux simples agents ou éléments. A tel point que la démission générale de la raison du régime, l’ancien s’entend, apparait au grand jour. Et le peuple n’a pas hésité, un seul instant, à sanctionner sévèrement par le truchement des urnes l’ancien Chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina,  le patron de ce régime en décadence. Un score minable de 8 % lors de la dernière présidentielle, une prestation jamais enregistrée à Madagascar pour un président sortant. L’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM), le fer de lance du nouveau régime dirigé par Rajoelina Andry Nirina, ne ménage pas tous les efforts indispensables et utiles afin de remettre en selle et dans la bonne voie le pays en termes d’intégrité morale et civique. Etant dit que l’éducation est la base de toute action relevant des stratégies axées au redressement national, des mesures phares entreront en vigueur. Le Président Rajoelina, par le biais du Velirano, concentrera l’essentiel des réformes basiques vers l’amélioration de l’éducation dont le déficit exige des actions urgentes.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff