Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Editorial

Un siècle de combat

Publié le vendredi, 14 juin 2019

L’Organisation internationale du travail (OIT) célèbre en cette année son centenaire d’existence. Créée en 1919, sous l’égide du Traité de Versailles (Paris), point d’orgue final de la Grande Guerre de 1914-1918, l’OIT ou l‘ILO (International Labor Organization), militait contre toute atteinte à la dignité de l’homme dans le cadre du travail décent.  Mise sur pied indépendamment de la naissance de la Société des Nations (SDN) raison pour laquelle elle avait pu surgir des décombres de cette ex-ONU, l’OIT n’a de cesse à réclamer durant ce siècle d’existence la justice sociale dans le monde du travail. Elle interpellait et continue à le faire les employeurs pour qu’au juste ces derniers respectent le minimum acceptable. Le Bureau international du travail (BIT), le secrétariat permanent de l’OIT, travaille d’arrache-pied pour créer un cadre de travail illustrant l’harmonie entre le travail et la dignité de l’homme. Une noble mission que le Bureau persiste et signe à concrétiser. Certes, le BIT est toujours confronté aux résistances du patronat qui voit mal le respect des droits élémentaires des travailleurs (durée de travail journalier, salaires et avantages, …) mais il ne lâche point. 

Le contexte historique auquel l’OIT avait été créée, à la sortie de la Première Guerre mondiale et à l’essor des activités industrielles des pays occidentaux, ne favorisait guère l’épanouissement de l’Organisation mais avec la ténacité des pères fondateurs, elle parvint à tenir le cap. C’est le seul organisme qui réussit à réunir autour d’une table trois entités, parfois antagonistes, à savoir l’Etat, les employeurs et les travailleurs. Un ensemble tripartite en conflit permanent vu les intérêts contradictoires qu’ils représentent.  L’ONU reconnait foncièrement l’utilité publique de l’OIT. Ainsi, en 1946, elle l’intégra dans le système des Nations Unies en tant qu’institution spécialisée. Et en l’honneur de ses actions durables et efficaces auprès du monde du travail, le comité Nobel d’Oslo lui a décerné, en 1969, le Prix Nobel de la Paix.  A Madagascar, le BIT s’implique en profondeur dans la normalisation et l’amélioration des conditions  de travail ainsi que la création d’emplois parmi les jeunes. Ntsay Christian, l’actuel Premier ministre, en poste à Antananarivo depuis 2007 en tant que directeur exécutif du BIT, a œuvré sans relâche durant les dix ans de son mandat pour recadrer le travail dans un monde plus juste et plus équilibré. Le pouvoir politique, trop obnubilé par la situation politique et sociale toujours chaotique passe à côté de la plaque. Il oublie sinon ignore parfois son devoir en tant que Raiamandreny et laisse les travailleurs à la merci de certains employeurs mal famés. Les abus en genre, les exploitations injustes diverses et le salaire de misère sont le lot quotidien des pauvres salariés. Les syndicats se sentent ignorés. Ils crient au scandale dans le désert. Personne ne prête attention à leurs problèmes. L’arrivée au pouvoir du jeune Président Rajoelina Andry fait bouger les choses. Il rapatriait au pays les jeunes travailleuses mal traitées  au Koweït. Il revoit à la hausse, à 200.000 ariary, le salaire minimum des salariés. Le régime IEM entend « corriger » pour une juste valeur le fruit du labeur des ouvriers et les employés. En un siècle de combat, l’OIT/BIT révolutionne le monde du travail et cela pour l’intérêt légitime de chacun et de tous.

Fil infos

  • Présidente de l’Assemblée nationale - Christine Razanamahasoa plébiscitée
  • Dénonciations contre Mamy Ravatomanga - Les machinations du HVM mises à nu par la Justice française
  • Banditisme et détention illégale d'armes - Les arrestations et les saisies se poursuivent
  • Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea décorés et récompensés
  • Marc Ravalomanana - Toujours aussi dédaigneux et méprisant
  • Développement du football - Le Président Rajoelina prend les « Barea » par les cornes
  • Iles Eparses - Un comité mis en place par le Gouvernement
  • Retour au pays des Barea - La population reconnaissante réserve un accueil triomphal
  • Défaite des Barea - Réaction exemplaire des malagasy
  • Un père désespéré - A la reconquête de ses droits

La Une

Editorial

  • Que des ratages !
     L’audiovisuel public peine à sortir de l’auberge. Etant la plus ancienne sinon l’ainée des chaines de télévisions locales, la télévision malagasy (TVM) traine encore les pattes et se trouve, en dépit de tout, dans le peloton de la queue. Il fut un temps à ses débuts,  des années 60, où la TVM faisait la fierté du pays. Des Jean-Louis Rafidy et bien d’autres animaient les émissions avec brio. Des commentateurs d’évènements de haut vol avec des analyses intéressantes et instructives. Rien d’étonnant dans la mesure où ces animateurs de chaine avaient bénéficié des formations dans les grandes écoles spécialisées sous d’autres cieux. Les responsables de l’époque misaient en premier plan la formation des agents. Mais depuis, abandonnée à elle-même, la TVM ne cesse de dégrader. Les matériels à la disposition ne parviennent plus à suivre l’évolution des progrès technologiques de la communication. Or les besoins ne cessent de croître. Les…

A bout portant

AutoDiff