Publié dans Editorial

Coup d'accélérateur !

Publié le dimanche, 07 juillet 2019

Akinwuni Adesina, le président de la Banque africaine de développement en visite officielle dans la Grande Ile, donna un coup de pouce décisif à la mise en œuvre de l'Initiative pour l'Emergence de Madagascar (IEM). Prêt à soutenir, à fond, le jeune Président de la République Malagasy, le président la BAD confirme sa détermination à apporter l'assistance financière et technique nécessaire.

 

Créée en 1964, la Banque africaine de développement, acronyme BAD, est destinée à combattre la pauvreté et à améliorer les conditions de vie sur le continent noir et cela par la promotion des investissements à capitaux publics et privés à travers des programmes aptes à soulever les défis en jeu souvent complexes des pays membres. Elle est composée, essentiellement, du Fonds africain du développement (FAD) et du Fonds spécial du Nigéria. Depuis sa création, la BAD n'a cessé d'œuvrer  dans le processus de développement des pays membres de la région. Et cela, sans forcément prendre en considération des aléas politiques locaux. En effet, à la différence des autres organismes dispensateurs de crédit qui, souvent, posent des préalables portant de temps à autre à des considérations politiques, la BAD estime qu'il faut à tout prix porter assistance à la population quelles que soient les orientations politiques ou autres prises par le régime en place. De par la raison d'être de son existence, la BAD ne se dévie pas de sa mission initialement attribuée.  

Pour le cas de Madagascar, en particulier, la BAD fut et continue de l'être l'une des rares Institutions financières qui n'a jamais cessé de répondre présente à chaque fois que le besoin se fit sentir. Elle est toujours aux côtés des pays en proie aux fragilités quelle que soit la nature. Au moment fort de la Transition issue de la crise de 2009, la BAD tenait toujours à contribuer aux améliorations des conditions de vie des Malagasy. Elle n'hésitait pas à contourner l'embargo imposé par les bailleurs de fonds traditionnels via les Institutions de Bretton Woods.  Membre à part entière de la BAD à partir de 1974, la Grande Ile suscite toujours l'intérêt de la Banque. Elle continuait de financer les grands chantiers qu'elle jugeait nécessaires et aptes à surmonter les défis.

A l'issue des assises entrant dans le cadre de la deuxième réunion de reconstitution du FAD 15 qui s'étaient tenues à Antananarivo (Carlton) du 2 au 4 juillet dernier, il a été décidé de doubler les apports financiers accordés à la Grande Ile. A cet effet, 366 millions USD seront mobilisés ! Selon les déclarations du président Adesina, Madagascar répond exactement aux critères d'intervention définis par la BAD. A travers ses interventions, en public, il ne cachait pas sa conviction et sa détermination d'accorder un coup d'accélérateur aux efforts déjà entrepris dans le pays. Les engagements tenus par le jeune président malagasy pour « sauver » son pays méritent les appuis. Il manifestait son intérêt à le soutenir.

Nommé à la Banque en mai 2015 et ayant pris officiellement fonction le 1er septembre de la même année, Akinwumi Ayodeji Adesina, ce spécialiste  nigérian  en économie agricole, spécialiste en développement rural et ancien ministre, ne ménage point les efforts pour bénéficier d'un coup d'accélérateur aux actions de développement des pays jugés  fragiles dont fait partie Madagascar.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff