Publié dans Editorial

Coup d'accélérateur !

Publié le dimanche, 07 juillet 2019

Akinwuni Adesina, le président de la Banque africaine de développement en visite officielle dans la Grande Ile, donna un coup de pouce décisif à la mise en œuvre de l'Initiative pour l'Emergence de Madagascar (IEM). Prêt à soutenir, à fond, le jeune Président de la République Malagasy, le président la BAD confirme sa détermination à apporter l'assistance financière et technique nécessaire.

 

Créée en 1964, la Banque africaine de développement, acronyme BAD, est destinée à combattre la pauvreté et à améliorer les conditions de vie sur le continent noir et cela par la promotion des investissements à capitaux publics et privés à travers des programmes aptes à soulever les défis en jeu souvent complexes des pays membres. Elle est composée, essentiellement, du Fonds africain du développement (FAD) et du Fonds spécial du Nigéria. Depuis sa création, la BAD n'a cessé d'œuvrer  dans le processus de développement des pays membres de la région. Et cela, sans forcément prendre en considération des aléas politiques locaux. En effet, à la différence des autres organismes dispensateurs de crédit qui, souvent, posent des préalables portant de temps à autre à des considérations politiques, la BAD estime qu'il faut à tout prix porter assistance à la population quelles que soient les orientations politiques ou autres prises par le régime en place. De par la raison d'être de son existence, la BAD ne se dévie pas de sa mission initialement attribuée.  

Pour le cas de Madagascar, en particulier, la BAD fut et continue de l'être l'une des rares Institutions financières qui n'a jamais cessé de répondre présente à chaque fois que le besoin se fit sentir. Elle est toujours aux côtés des pays en proie aux fragilités quelle que soit la nature. Au moment fort de la Transition issue de la crise de 2009, la BAD tenait toujours à contribuer aux améliorations des conditions de vie des Malagasy. Elle n'hésitait pas à contourner l'embargo imposé par les bailleurs de fonds traditionnels via les Institutions de Bretton Woods.  Membre à part entière de la BAD à partir de 1974, la Grande Ile suscite toujours l'intérêt de la Banque. Elle continuait de financer les grands chantiers qu'elle jugeait nécessaires et aptes à surmonter les défis.

A l'issue des assises entrant dans le cadre de la deuxième réunion de reconstitution du FAD 15 qui s'étaient tenues à Antananarivo (Carlton) du 2 au 4 juillet dernier, il a été décidé de doubler les apports financiers accordés à la Grande Ile. A cet effet, 366 millions USD seront mobilisés ! Selon les déclarations du président Adesina, Madagascar répond exactement aux critères d'intervention définis par la BAD. A travers ses interventions, en public, il ne cachait pas sa conviction et sa détermination d'accorder un coup d'accélérateur aux efforts déjà entrepris dans le pays. Les engagements tenus par le jeune président malagasy pour « sauver » son pays méritent les appuis. Il manifestait son intérêt à le soutenir.

Nommé à la Banque en mai 2015 et ayant pris officiellement fonction le 1er septembre de la même année, Akinwumi Ayodeji Adesina, ce spécialiste  nigérian  en économie agricole, spécialiste en développement rural et ancien ministre, ne ménage point les efforts pour bénéficier d'un coup d'accélérateur aux actions de développement des pays jugés  fragiles dont fait partie Madagascar.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs
  • Route nationale secondaire 34 - Un pont métallique réhabilité par la direction régionale
  • Aéroport d’Ivato - Arrivée de 14 tonnes d’équipements sanitaires en provenance de Chine
  • Malagasy bloqués à l’étranger - Reste 700 ressortissants à rapatrier
  • Iles Eparses - Le rapport de connexité avec l’État malgache
  • Lutte contre la propagation du coronavirus - Des mesures draconiennes pour Analamanga
  • Manque de transparence - Précision du ministre des Finances
  • Retour au confinement - L’heure de se montrer tous responsables !

La Une

Editorial

  • Effets délétères
    Les rafales de balles réelles du Covid-19 frappent de plein fouet le pays. Elles atteignent malheureusement des cibles stratégiques. L’ennemi  gagne du terrain. La Grande île est en guerre ! L’état-major de guerre change de tactique et opte décidément pour la manière forte. Devant la gravité de la situation au front, le chef de guerre donne l’ordre de déployer l’artillerie lourde. La bataille est difficile. En cause, deux mobiles majeurs. Un d’abord, dans le camp adverse, on a affaire à un redoutable ennemi dont la force principale réside sur le fait qu’il est « invisible ». Deux, le commandant en chef des Armées se confronte à un problème quelque peu complexe en raison de l’atmosphère d’indiscipline qui règne dans les rangs des guerriers. Les « simples soldats » vont en ordre dispersé. Leurs chefs sur terrain ont du mal à les mettre au pas. Ainsi, l’ennemi jouit l’avantage dû à son invisibilité mais le bordel du…

A bout portant

AutoDiff