Publié dans Editorial

Une belle revanche !

Publié le lundi, 08 juillet 2019

« La vengeance est un plat qui se mange froid ! » Les Barea battent les Léopards par 6 buts à 4 au stade d’Alexandrie (Egypte) dimanche 7 juillet à l’issue des séances de tirs au but. Deux partout en temps réglementaire, la RD Congo dut s’incliner face à Madagascar par deux buts à quatre après une éprouvante prolongation. Un match comptant pour les huitièmes de finale de la CAN 2019 en Egypte. En fait, les Barea encornèrent les Léopards et les poussèrent plutôt les chassèrent vers la sortie. En effet, le parcours des poulains de Christian Nsengi Biembe s’arrête là. Tandis que les hommes à Nicolas Dupuis iront en quarts de finale et ce pour la première fois dans les annales du ballon rond malagasy depuis la création de la Fédération Malagasy du Football (FMF) en 1960.Pour les observateurs qui suivent de près l’itinéraire du Onze national de Madagasikara, il s’agit là d’une simple mais hautement légitime « réponse » d’une équipe nationale digne de l’être qui, humiliée devant son public trois ans auparavant, a dû prendre sa revanche.  En 2016, toujours dans le cadre des compétitions  de la CAN, les Léopards avaient écrasé ou piétiné les Barea par 6 buts à 1 au stade de Mahajanga ( Madagasikara). Les protégés de Franck Rajaonarisamba  avaient essuyé un revers cinglant à cette époque. Et les supporters durent avaler la couleuvre. 

Pour ce qui est du mémorable match d’Alexandrie ce dimanche 7 juillet en fin d’après-midi, les Malagasy à l’unanimité admettent que les éléments de Faneva Ima ont fait montre d’un jeu  doué d’un grand talent. Le tir imparable de Amada n’a rien à envier des coups de canons d’un certain Zico, une ancienne gloire de la Seleçao (Brésil) des années 70-80. De même, le spectaculaire coup de tête de Faneva (capitaine d’équipe) rivalise les prestations des grands professionnels de la Bundesliga d’Allemagne. Malgré le petit moment de flottement, notamment en deuxième période, nos champions ont su garder le calme et le cap. Des tirs au but sans fautes, quatre sur quatre. Un signe de maturité de la part de nos talentueux joueurs.  Ainsi, avec un petit recul et évitant les réactions à chaud souvent subjectives et contournant les errances d’un chauvinisme primaire, force est de reconnaître que désormais il faut compter et composer avec l’équipe nationale malagasy, le « petit David », dans la suite à donner à cette prestigieuse finale de la CAN 2019. « Grosse surprise », « révélation » ou autre selon la presse internationale, les Barea ébranlent et font peur à même les coriaces de la Compétition.  Sur toutes les lèvres au salon, au bureau, en classe, dans les « taxi-be », dans la rue et même dans les toilettes publiques, les Zébus de Madagasikara n’en finissent pas d’égayer les concitoyens inconditionnels du sport-roi. Et même les éternels indifférents les plus insensibles, eux aussi, finissent par rejoindre la troupe sinon tout le monde pour saluer cet exploit inédit. L’honneur de toute une Nation est sauf ! L’équipe à Andriantsima Faneva  Ima, à la hauteur des attentes de tout un peuple, savoure fièrement la difficile victoire sur les Léopards.  Le plus dur reste à affronter mais soyons honnêtes  que l’essentiel, une belle revanche, a été acquis. 

Fil infos

  • Remarques mal placées sur l’âge - Marc Ravalomanana raillé par ses propres partisans
  • Problème de distribution d’eau à Ambatokary - Le calvaire des habitants
  • Forum des investisseurs - Madagascar mise sur l’écotourisme
  • Parti HVM - Un déclin très…rapide !
  • Réforme de la représentation de Madagascar à l'extérieur - Des diplomates « gracieusement » payés s'y opposent
  • Propagation de fausses nouvelles - Le verdict attendu pour jeudi
  • Canal des Pangalanes et Route nationale 5 - Andry Rajoelina supervise le début des grands travaux
  • Représentants de Madagascar à l'extérieur - Les Enarques d'Androhibe priorisés
  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo

La Une

Editorial

  • Intouchables ou impénétrables !
    La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

A bout portant

AutoDiff